Le coureur de l'équipe Groupama-FDJ, auteur d'un sprint étourdissant, a devancé de peu l'Australien Caleb Ewan. La photo-finish a été nécessaire pour les départager en raison de l'écart d'un boyau sur la ligne.

L'Espagnol Juan Pedro Lopez (Trek) a gardé le maillot rose de leader conquis mardi à l'Etna.

Démare, 30 ans, a remporté sa septième victoire d'étape dans le Giro. Il est devenu le coureur français le plus souvent victorieux dans ce classement des étapes, devant deux légendes, Jacques Anquetil et Bernard Hinault (6 étapes).

L'étape, longue de 192 kilomètres, s'est résumée à un sprint après la longue échappée de l'Italien Diego Rosa, seul en tête sur 141 kilomètres.

Rosa, parti à l'avant à... 169 kilomètres de l'arrivée, a été laissé à l'avant par le peloton mené par les équipiers de trois des principaux sprinteurs candidats au succès (Cavendish, Démare, Ewan). Mais, sur les longues lignes droites épousant la +Costa Tirrenica+, le dénouement était inéluctable: l'Italien, deuxième du Tour de Lombardie 2016, a été rejoint à l'entrée des 30 derniers kilomètres.

Au sprint, Démare, surpuissant, a débordé in-extremis Ewan. Le Britannique Mark Cavendish, vainqueur dimanche dernier en Hongrie, a pris cette fois la troisième place d'un sprint monumental au bout d'une très longue ligne droite.

"C'était vraiment chaud, ça se joue à rien mais aujourd'hui c'est en ma faveur", a commenté le Picard. "L'équipe a fait un énorme travail, je ne pouvais pas avoir mieux".

Vendredi, puncheurs et grimpeurs retrouvent un terrain favorable dans la 7e étape sur un parcours éprouvant de 196 kilomètres entre Diamante et Potenza. Quatre ascensions sont répertoriées entre le littoral calabrais et la préfecture du Basilicate, l'ancienne Lucanie, où l'arrivée est jugée au sommet d'un petit mur (350m à 8%).