Cyclisme

La Commission de discipline de la Royale Ligue Vélocipédique Belge (RLVB) a blanchi Greg Van Avermaet, jeudi matin, dans le dossier de dopage concernant le docteur Chris Mertens.

Le procureur, qui avait réclamé une suspension de 24 mois, une amende de 265.000 euros et l'annulation des résultats de l'année 2012 à l'encontre du cycliste de la BMC, n'a pas été suivi par le juge qui estime qu'il n'y a aucune preuve de transgression des règles antidopage dans ce dossier.

Greg Van Avermaet était accusé d'avoir utilisé de la cortisone et du Vaminolact (un médicament pour enfant pouvant être utilisé comme produit masquant). Le coureur avait reconnu avoir utilisé de la cortisone à une reprise, sous certificat médical, afin de traiter un problème au talon en 2012. Par ailleurs, s'il disposait d'une prescription pour le Vaminolact, sa défense a expliqué que ce médicament n'avait jamais été consommé.

Pour la Commission de discipline on ne peut parler d'infraction aux règlements antidopage. Dans le même dossier autour de la personnalité du Docteur Mertens, le cyclocrossman Tom Meeusen avait déjà été blanchi il y a une semaine par la même commission. Celle-ci devra encore se pencher sur le dossier d'un autre cyclocrossman aujourd'hui retraité, Bart Wellens, qui sera entendu le 4 juin.

Toujours autour du Docteur Mertens, l'espoir du cyclocross Laurens Sweeck, devra encore comparaître devant la Commission Disciplinaire de la Communauté flamande.


La réaction de Van Avermaet

Présent aux côtés de son père et de ses avocats Johnny Maeschalck et Kristof De Saedeleer lors du verdict, Greg Van Avermaet s'est montré très heureux. "C'est LA victoire de mon début de saison", s'est exclamé le coureur de BMC.

"Et je suis très content que tout ça est fini", a rajouté Greg Van Avermaet. "J'ai essayé de ne pas laisser parler mes émotions durant les dernières courses, mais c'était mentalement très difficile. Ce n'était certainement pas gai de voir son nom dans les journaux pour quelque chose que je n'ai pas fait. Je ne suis pas dopé et c'est maintenant clair."

"Je vais pouvoir rouler sans me faire du soucis à présent", a repris le coureur BMC. "Même si je suis resté bien concentré sur ce que je faisais, ce genre d'affaire laisse des traces. C'était une période difficile, pour ma famille aussi. Quand mes proches entendent tellement de choses qu'ils peuvent se mettre à douter de ton intégrité, cela fait mal et c'est mentalement lourd à porter."

Greg Van Avermaet prendra le départ fin mai du Tour de Belgique, puis prendra sans doute part au Tour de Suisse et, probablement aussi, au Tour de France. Son compagne va accoucher fin juillet, peut-être le jour de l'arrivée sur les Champs Elysées. "Je veux faire de bons résultats pour montrer que je suis fort, honnête et correct."

La RLVB ne fera pas appel du jugement. L'AMA, l'Agence mondiale anti-dopage et l'UCI sont susceptibles d'aller en appel.