La saison 2021 de Greg Van Avermaet n'a pas été un grand cru. Hormis sa troisième place sur le Tour des Flandres, le Waaslandien a presté bien en-dessous de son niveau habituel. La faute, selon lui, à la vaccination au Covid-19. "C'est surtout lors de la 2e partie de saison que j'ai éprouvé le plus de difficultés", a-t-il expliqué lors de la présentation de son équipe AG2R Citroën la semaine dernière, "Depuis ma vaccination, je ne suis plus senti à mon niveau. Il faut vraiment bien prévoir son coup et je me suis fait vacciner juste avant le Dauphiné, après une longue période d'entraînement et juste avant une course difficile. Ce n'était pas une bonne idée."

Un mois plus tard, sur le Tour de France, le champion olympique de Rio n'a jamais trouvé le bon rythme et se retrouvait presque exclusivement dans les dernières positions : "D'habitude, je peux me battre pour des places dans le top 10 ou participer aux finales de courses mais là, c'était même difficile de m'accrocher dans le gruppetto. Je voulais abandonner mais mon équipe m'a demandé de rester pour aider Ben O'Connor, notre leader, et c'est ce que j'ai fait."

Après cette mauvaise saison, le Belge espère repartir du bon pied en 2022... quitte à ne pas recevoir sa 3e dose de vaccin contre le coronavirus. Du moins pas tout de suite : "On a constaté durant les analyses de sang après le Tour que mon corps se battait contre quelque chose. C'est pour cela que je ne suis pas pressé de recevoir ma dose booster. Je la ferai après la campagne des classiques, ce sera la meilleure option."

Peu de coureurs sont aussi ouverts sur la vaccination que Greg Van Avermaet. Ses propos lui ont même valu le surnom de "Novak Djokovic du cyclisme" dans un article du site espagnol El Español. Le Serbe a fait les gros titres des médias ces derniers jours en raison de son expulsion d'Australie pour non-vaccination au Covid-19. À la différence du joueur de tennis, Van Avermaet a lui bien reçu ses deux premières doses.