Cyclisme Greg Van Avermaet (CCC) a quitté Oman pleinement satisfait.

Quarantième d’une sixième et dernière étape du Tour d’Oman remportée par Giacomo Nizzolo au bout d’un sprint massif auquel il n’a pas cherché à se mêler, Greg Van Avermaet est reparti du sultanat dès jeudi soir un peu plus confiant encore quant au niveau de sa forme.

"Je n’ai pas enlevé d’étape, mais je sais à quel point il est compliqué pour moi de m’imposer ici, commentait le Waeslandien. En neuf participations, je ne compte d’ailleurs qu’un seul et unique succès (NdlR : en 2018). La deuxième étape constituait ma meilleure chance, mais Lutsenko était tout simplement trop fort ce jour-là. Le Kazakh revenait d’un stage en altitude et avait bien préparé son affaire, comme l’année dernière. Il avait ensuite plafonné durant tout un printemps sur lequel il n’avait épinglé aucun résultat d’envergure. Je préfère vivre l’inverse… (rires)"

Au-delà de ses 3e et 2e places sur les 3e et 4e étapes, Greg Van Avermaet a pu mesurer son niveau de forme sur les routes omanaises. "Et il est excellent ; je crois d’ailleurs que tout le monde voudrait s’appuyer sur la même condition. Après avoir récupéré du voyage de retour, j’effectuerai une reconnaissance du Circuit Het Nieuwsblad en début de semaine prochaine. J’ai remporté cette épreuve deux fois (2017 et 2018) et je sais à quel point un succès peut délester d’une certaine pression. Si vous gagnez l’ouverture de la saison belge, tout est alors plus facile ensuite..."