Aucun Autrichien n'avait fait mieux au Tour

BRUXELLES La belle histoire aura fait long feu ! Moins de trois mois après s'être enflammé pour son nouvel héros, le premier des siens à prendre place sur le podium du Tour de France depuis un certain Adolf Cristian, en 1957, l'Autriche va retomber de (très) haut. Pour la première fois, la chaîne de télévision publique (ORF) avait diffusé la dernière semaine du Tour en direct pour permettre à des centaines de milliers de spectateurs de suivre les exploits de Bernhard Kohl, lequel avait fait mieux que Peter Luttenberger, 5e du Tour 1996, et Georg Totschnig, 7e en 2004 et vainqueur d'une étape de montagne en 2005.

Kohl, 26 ans, dont le physique (1m72 et 71 kilos) ne le prédispose pas, a priori, à être un grimpeur ailé, s'était pourtant emparé du maillot blanc à pois rouges et avait fini 3e à Paris, alors que personne, ou presque, ne l'y attendait. Seuls les initiés se souvenaient de la 3e place conquise au Dauphiné 2006, mais qui n'avait eu aucune suite, car il avait terminé au 31e rang le seul Tour qu'il ait couru avant le dernier, en 2007.

"J'ai vraiment été surpris quand on m'a communiqué le premier temps intermédiaire de Kohl. Je pensais bien faire, j'étais sonné !" avait dit Cadel Evans à l'issue du dernier chrono du Tour où Kohl avait conforté sa place sur le podium. L'Australien sait maintenant pourquoi celui qui est désormais son ex-futur équipier était aussi performant en juillet !



© La Dernière Heure 2008