"Il est encore trop tôt pour parler de cette étape", commentait dimanche Arthur van Dongen, l’un des directeurs sportifs de la formation Jumbo-Visma. "Tant qu’il n’est pas fit, nous ne pouvons rien dire à ce sujet. L’important est d’abord qu’il récupère, après quoi nous effectuerons des examens médicaux de contrôle. Une fois ces deux étapes franchies, nous nous mettrons alors à table afin de déterminer si cela a un sens de l’aligner sur une course qui nécessite d’importants efforts."

Alors que tous les supporters du champion de Belgique se raccrochent à l’espoir de le voir au départ de Paris-Roubaix (dimanche 17 avril), le virologue Marc Van Ranst est venu doucher leur enthousiasme. " La chance qu’il dispute l’Enfer du Nord n’est pas de 50 %, mais bien de 0 %", a ainsi avancé le scientifique flamand sur son compte Twitter. "Après une infection au coronavirus, il est important de ne pas solliciter trop rapidement le corps et donc aussi le cœur. Van Aert gagnera un jour à Roubaix, mais pas cette année…"