"Je suis évidemment content de ces succès. Et les sprinteurs auront une nouvelle occasion dimanche. Mais nous verrons bien", a dit le Belge de l'équipe Alpecin-Fenix. "La journée a été compliquée, surtout dans la montée où Astana a durci la course. Le peloton a explosé mais tout s'est regroupé ensuite dans la descente", a expliqué Philipsen à l'arrivée.

Le bouquet du jour s'est joué au sprint au terme d'un final disputé en pente, hormis les 100 derniers mètres. "Je ne comprends pas du tout ce final. On a beaucoup parlé des arrivées en descente et voilà que ça recommence. Je n'ai pas vérifié ma vitesse mais ça allait très vite. Cela comporte des risques. S'il arrive quelque chose, la chute peut être grave."

Philipsen a été emmené par son équipier Lionel Taminiaux. "Nous avons parfaitement exécuté notre plan. À cette vitesse-là, on ne gagne pas grâce à la force mais via la vitesse des jambes. Tout s'est bien déroulé."

L'Australien Jay Vine, équipier de Philipsen chez Alpecin-Fenix, est revenu à une seconde de l'Espagnol José Manuel Diaz au général grâce au jeu des bonifications. "On va encore tenter de prendre des secondes. Ce sera une belle bataille dimanche."