Discret à l’Amstel, où il était souffrant, l’Espagnol se dit remis pour les Wallonnes

CHARLEROI On le surnomme le Roi du Montelupone, puisqu’il s’est imposé deux années de suite sur cette montée sèche et redoutable de Tirreno-Adriatico. Une grimpette avec des passages à 22 % que de nombreux Italiens comparent au Mur de Huy...

Pas étonnant, dès lors, que Joaquin Rodriguez soit un des grands favoris de la Flèche Wallonne, surtout qu’il vient de dévoiler une forme très tranchante récemment, avec des succès au classement final du Tour de Catalogne, au GP Indurain et lors d’une étape du Tour du Pays Basque qui passait par une ascension très pentue...

Sans compter qu’il adore, tout simplement, le parcours de la Flèche Wallonne. “Le Mur de Huy me convient vraiment”, expliquait Joaquin Rodriguez en janvier, lors de la présentation de son équipe Katusha. “J’adore ! Avant, j’y travaillais pour Valverde, mais cette fois, j’y viendrai pour jouer ma propre carte. Tant à la Flèche Wallonne qu’à Liège-Bastogne-Liège.” Où il s’était classé 2e l’an passé derrière Andy Schleck.

L’ancien champion d’Espagne a toutefois montré quelques signes d’inquiétude en abandonnant, dimanche, à l’Amstel Gold Race, où il s’alignait après avoir effectué un long voyage en voiture. “Il n’y était pas bien car il souffrait d’un petit souci gastrique, mais d’après ce qu’on m’a dit ce matin (NdlR: lire hier matin), il est rétabli” , souligne Jef Braeckevelt, le directeur sportif de la formation russe qui a été très présente dimanche, à l’Amstel et qui récupère aujourd’hui Kim Kirchen, l’ancien vainqueur de la Flèche .



© La Dernière Heure 2010