Vingegaard se trouvait dans le groupe des favoris, à une dizaine de secondes de l'échappé Alexey Lustenko (Astana-Premier Tech) lorsqu'il a attaqué dans le dernier kilomètre. "Je trouvais que c'était un peu facile dans le peloton à un certain moment, ça a ralenti un peu et j'ai pensé 'OK, je peux peut-être essayer'", a raconté Vingegaard à l'interview d'après-course. "J'ai vu Lutsenko devant sur la route. Je pensait qu'il allait faire un dernier effort pour me laisser derrière. Heureusement pour moi, j'ai su le reprendre et je l'ai devancé au sprint. Je suis très heureux, c'est une grande victoire pour moi."

Vingegaard, 24 ans, avait remporté une étape du Tour de Pologne en 2019. Alors qu'il avait l'habitude de se montrer dans la seconde partie de la saison, il débloque son compteur très tôt dans l'année. "C'est important pour moi de gagner si tôt dans la saison. C'est ma première victoire de la saison, j'en suis très fier. Pour l'équipe aussi, c'est la première victoire (hormis le championnat de Nouvelle-Zélande sur route remporté par George Bennett le 14 février, ndlr). Je suis très heureux pour l'équipe. Pour moi personnellement c'est beau de montrer que je peux être avec les meilleurs. J'ai souffert l'autre jour sur la première montée (59e sur la Jebel Hafeet, ndlr). C'est bien de montrer que j'ai le niveau", s'est réjoui Vingegaard.