Cyclisme

Il a aussi consulté ce médecin mais dit n’avoir rien à se reprocher

ESPAGNE À notre arrivée, hier, en début de soirée, à l’hôtel Intur de Bénicassim, en Espagne, où les Lotto-Belisol sont en stage, Jurgen Van Den Broeck a tenu à rassembler les journalistes pour un point presse improvisé. Avant que son nom ne sorte du dossier lié à l’Affaire Meeusen, il a préféré prendre les devants. “Pour que les choses soient claires, je tiens à dire que j’ai, moi aussi, consulté quelques fois ce médecin” , explique le 4e du Tour de France 2012. “Pour la bonne et simple raison que j’étais malade, que je devais me soigner, notamment au niveau des sinus, et que le médecin de mon équipe, Jan Mathieu, était indisponible car à l’étranger à l’époque.”

Jurgen Van Den Broeck précise qu’il a choisi ce médecin de Rotselaar car il est réputé: “C’est un bon docteur. J’ai préféré aller chez lui, parce que ce n’est pas loin de chez moi, mais aussi parce que c’est un médecin sportif, et, vu la très longue liste de choses qu’un coureur ne peut pas prendre pour se soigner, je préfère, par sécurité, consulter un bon médecin qui sait ce que je peux prendre ou ne pas prendre, une personne en qui je peux avoir confiance.” A-t-il déjà entendu parler de thérapie à l’ozone ? “Non, et je ne sais pas ce que c’est” , répond-il. “Cette affaire est embêtante mais je n’ai rien fait de mal. Et je n’ai d’ailleurs pas été entendu par les enquêteurs.”

Selon Marc Sergeant, le manager sportif de Lotto, aucun autre coureur n’aurait consulté ce médecin.



© La Dernière Heure 2013