Le peloton féminin belge avait bu la tasse sur les classiques ardennaises. Les Belges ne peuvent pas, pour l’instant, rivaliser sur le terrain des grimpeuses. Par contre, sur les pavés et dans les monts, elles font partie de l’élite mondiale. Après son succès à Gand-Wevelgem, Jolien D’Hoore a cette fois lâché prise, au plus fort de la bataille dans les monts flandriens. Mais Lotte Kopecky s’est accrochée, faisant honneur à son maillot de championne de Belgique. Avant d’aller chercher un nouveau podium.

Cela fait un mois que la cycliste de Lotto Soudal Ladies est abonnée aux premières places. Après avoir remporté la septième étape du Tour d’Italie, elle a gagné le championnat de Belgique, terminé quatrième de la Flèche brabançonne, deuxième de Gand-Wevelgem et troisième du Tour des Flandres ! "J’ai espéré la victoire, mais le bloc des Boels-Dolmans était très costaud", explique celle qui n’a que 24 ans. "Je n’étais pas non plus dans un super jour et je pense que cette troisième place était la plus haute que je pouvais viser. Mais ce podium me motive pour la suite. Si tout se met bien en place, j’espère gagner moi aussi cette course."

Mais pour cette édition 2020, c’est la Néerlandaise Chantal Van den Broek-Blaak qui s’est imposée en solitaire, après une attaque décisive au Vieux Quaremont. Une récompense pour l’ancienne championne du monde, qui avait déjà terminé deux fois troisième du Ronde féminin.