À Disentis Sedrun, Rui Costa (UAE Emirates) a d’abord cru avoir remporté sa sixième étape du Tour de Suisse. Le Portugais, spécialiste de l’épreuve helvète dont il a également enlevé trois fois le général, a remporté au forceps le sprint face à Andreas Kron (Lotto-Soudal). Mais la dernière ligne droite de Rui Costa, qui s’est franchement déporté durant les derniers hectomètres, n’était pas assez régulière pour valider ce résultat.

Le jury des commissaires n’a finalement pas mis longtemps à attribuer la victoire à Andreas Kron. "Nous avons commencé le sprint à droite et nous nous sommes retrouvés à gauche. C’est tout ce que je peux dire. J’aurais besoin de voir le sprint moi-même, mais nous pouvons dire que le jury a pris la déci sion et je fais confiance au jury. Je suis finalement vainqueur et j’en suis heureux", s’est réjoui le Danois de 23 ans après l’arrivée.

Arrivé durant l’hiver au sein de Lotto-Soudal, Andreas Kron a parfaitement réussi son intégration puisqu’il a remporté, ce vendredi, sa deuxième victoire au sein de la formation belge. Et lorsqu’il s’impose, le Danois le fait pour de grandes occasions puisque le 22 mars dernier, il avait déjà levé les bras en WorldTour à l’occasion du Tour de Catalogne. À Disentis Sedrun, Andreas Kron était surtout satisfait de s’être bien repris après une cinquième étape compliquée. "J’ai été déçu de manquer le classement général alors que mon équipe avait si bien travaillé pour moi", a confié le coureur Lotto-Soudal. "C’est bien de redonner quelque chose à tous les coureurs. Je dédie cette victoire à l’équipe."

Malgré une journée marquée par les ascensions du Saint-Gothard et du Lukmanierpass, le classement général de ce 84e Tour de Suisse n’a pas été chamboulé. Mathieu van der Poel (Alpecin-Fenix), leader au soir des troisième et quatrième étapes a certes abandonné, victime d’un "léger rhume" , mais Richard Carapaz (Ineos-Grenadiers) n’a pas été inquiété.

L’Équatorien va néanmoins devoir se montrer vigilant, ce samedi, à l’occasion du contre-la-montre empruntant l’ascension de l’Oberalppass (9,5 kilomètres à 6,5 %).