Son cri, de délivrance, a longtemps résonné dans les rues bien garnies en public de Héron. Dylan Groenewegen a laissé exploser de nombreux sentiments en quelques secondes à peine, juste après s’être relevé en franchissant la ligne d’arrivée de la première étape de l’Ethias Tour de Wallonie en vainqueur. Au moment de commenter sa victoire, dans la zone mixte située au pied du podium, des larmes ont brillé dans les yeux du Néerlandais.

"Je suis énormément heureux de retrouver la victoire", explique-t-il. "Après tout ce qu’il s’est passé depuis un an, après l’accident (NdlR : il fait référence à la grave chute qu’il avait provoquée sur l’étape du Tour de Pologne, impliquant notamment Fabio Jakobsen et Marc Sarreau), après également des problèmes au niveau de ma vie privée, après cette longue suspension, c’est effectivement beaucoup d’émotion."

Il s’arrête alors de parler, contrôlant des sanglots. "Gagner fait toujours du bien, c’est toujours beau, mais c’est encore plus beau, surtout que cela faisait longtemps que je ne m’étais plus imposé", ajoute le sprinter néerlandais, dont le dernier succès remontait à une victoire d’étape sur l’UAE Tour, en février 2020. "Après toute cette période difficile, qui m’a coûté beaucoup d’énergie, c’est une véritable délivrance."

Il a décroché le premier maillot jaune de ce Tour de Wallonie. Qu’il pourra défendre ce mercredi sur la deuxième étape. Déplacée sur le Circuit de Zolder. "Que la deuxième étape prévue dans une zone gravement touchée par le drame des inondations soit annulée et remplacée par une course en circuits, on le comprend parfaitement dans le peloton", indique-t-il. "Et c’est bien de la part de l’organisateur d’avoir trouvé cette solution de rechange."

D’une étape reine sur laquelle il n’aurait rien pu espérer, ce mercredi, entre Verviers et Herve, il va avoir désormais une nouvelle opportunité de victoire. "Elle va mieux me convenir, c’est évident, mais je veux d’abord savourer ce premier succès."