Après l’annulation de l’Amstel Gold Race qui devait avoir lieu ce samedi, c’est désormais la tenue de Paris-Roubaix qui est menacée. Prévu le 25 octobre prochain, l’Enfer du nord pourrait être la victime du rebond de l’épidémie de coronavirus en France. À Compiègne, ville-départ de Paris-Roubaix, un tiers des étudiants de l’Université de technologie a été testé positif au Covid-19 la semaine dernière.

À partir de samedi, la métropole de Lille, de laquelle fait partie Roubaix, passera en zone d’alerte maximale. Cela signifie que les bars devront de nouveau fermer et les rassemblements de plus de dix personnes sont toujours proscrits.

Mais pour l’heure, aucune décision officielle n’a été prise par les autorités régionales concernant la tenue ou non du cinquième monument de la saison. "Il y a une volonté de la Région Hauts-de-France que la course existe", expliquait Christian Prud’homme dans nos colonnes en début de semaine.

Au vu des mesures prises, une interdiction de la présence du public semble inéluctable, certainement sur le Vélodrome de Roubaix à l’arrivée. Une interdiction a d’ailleurs déjà été annoncée pour quatre secteurs pavés.

En Belgique, malgré le renforcement des mesures sanitaires, une annulation des épreuves restantes au calendrier n’est pas prévue. Mais les spectateurs seront interdits sur tous les monts flamands de même que sur les lieux de départ et d’arrivée. Les lieux de présentation des coureurs pour le Tour des Flandres et Gand-Wevelgem ont été déplacés pour pouvoir interdire l’accès au public plus facilement.