Rodrigo Beenkens avait annoncé la bonne nouvelle samedi dernier. "Il y a eu une opportunité que nous avons saisie. Puis ma direction m’a demandé, vendredi dernier, si j’étais disponible pour commenter l’Étoile de Bessèges. Ce que j’ai accepté bien évidemment", témoigne celui qui fait vivre le cyclisme depuis plus de trente ans sur le service public.

Grâce à Auvio, la RTBF dispose d’une ressource supplémentaire pour contenter les fans de la Petite Reine. "Ce n’est pas toujours possible de diffuser des épreuves avec deux chaînes qui ne sont pas essentiellement sportives. À la RTBF, nous nous investissons beaucoup pour notre plateforme digitale. Ce n’est d’ailleurs pas la première fois que du cyclisme est retransmis exclusivement sur Auvio. Et c’est visible partout en Europe gratuitement", détaille Rodrigo Beenkens.

Dans un début de saison encore fortement perturbé par la pandémie, la tenue de l’Étoile de Bessèges permet aux diffuseurs de proposer quand même du cyclisme. "Je ne m’occupe pas de la négociation des contrats mais ce n’est certainement pas la crainte de voir des épreuves annulées à cause de la crise sanitaire qui a motivé ce choix. Le président de l’UCI a d’ailleurs récemment indiqué que les courses belges n’étaient pas menacées", avance Rodrigo Beenkens.

Après la diffusion, ce week-end, des championnats du monde de cyclo-cross, la RTBF va donc enchaîner avec une épreuve dont le plateau s’est particulièrement étoffé ces derniers jours. "La pandémie fait qu’on revient au cyclisme de jadis. Dans les années 1970-80, la saison débutait en France juste après le cyclo-cross", explique le commentateur.

L’Étoile de Bessèges paraît donc idéale pour patienter avant l’ouverture probable de la saison belge, le 27 février prochain.