"Je suis persuadé qu'entre cinq et sept coureurs de l'équipe T-Mobile engagés dans le Tour de France 2006 ont eu recours au dopage"


BRUXELLES Le professeur Werner Franke, expert réputé de la lutte antidopage en Allemagne, a porté plainte contre Andreas Klöden, Michael Rogers et quatre autres anciens coureurs de la formation cycliste T-Mobile qu'il accuse d'avoir eu recours au dopage sanguin, a-t-il indiqué dimanche.

"Je suis persuadé qu'entre cinq et sept coureurs de l'équipe T-Mobile engagés dans le Tour de France 2006 ont procédé à des opérations de dopage à la clinique universitaire de Fribourg", a expliqué M. Franke à l'agence allemande d'informations sportives SID.

L'expert qui avait dénoncé l'étendue du dopage systématique dans le sport est-allemand, a également porté plainte contre le directeur sportif de l'époque, Olaf Ludwig. "Au moins ce responsable devait être au courant", a-t-il insisté.

Une procédure de justice est en cours contre la clinique universitaire de Fribourg après les révélations de Patrik Sinkewitz, ancien coureur de T-Mobile, suspendu un an après un contrôle positif à la testostérone en juin.

Sinkewitz a depuis révélé avoir eu recours au dopage sanguin en plein Tour de France 2006, au soir du prologue de la prestigieuse épreuve par étapes en faisant un aller-retour entre Strasbourg (est de la France) et Fribourg.

Outre Klöden, sous contrat avec Astana et 2e du Tour de France en 2004 et 2006, et l'Australien Michael Rogers, la plainte de M. Franke concerne l'Allemand Matthias Kessler, les Italiens Eddy Mazzoleni et Giuseppe Guerini et l'Ukrainien Serhiy Honchar.

En l'absence d'un délit de dopage en Allemagne, M. Franke estime que les coureurs ont escroqué leur employeur en payant les opérations de dopage avec leurs salaires.

Une plainte similaire pour escroquerie vise Jan Ullrich, vainqueur du Tour de France 1997 et ancien leader de T-Mobile jusqu'à son licenciement après son implication dans l'affaire Fuentes, du nom du médecin espagnol au coeur d'un réseau de dopage sanguin.