Au cours des deux derniers jours, 571 tests du Covid-19 ont été effectués dans la caravane du 103e Giro, ce qui a donné huit cas positifs : Steven Kruijswijk (Jumbo-Visma), Michael Matthews (Sunweb), quatre membres du personnel de Mitchelton-Scott, et un membre de l'encadrement de AG2R-La Mondiale et un autre de Ineos Grenadiers. Toutes les personnes impliquées quittent le Giro et commencent une quarantaine, et les équipes Mitchelton-Scott et Jumbo-Visma ont décidé de se retirer complètement.

Toutefois, l'organisateur du Giro, Mauro Vegni de RCS Sport, a toujours pour objectif de se rendre à Milan, où le dernier contre-la-montre devrait se terminer le dimanche 25 octobre. Mardi, avant le début de la dixième étape, Vegni a déclaré aux médias italiens : "L'intention est d'atteindre Milan. Tel est l'objectif. A tout prix, à l'exception bien sûr des problèmes de santé".

Vegni a souligné que depuis le départ du Giro en Sicile, 1500 tests ont été effectués. "Les équipes où il y a maintenant des cas positifs continueront à être testées jusqu'au prochain jour de repos (quand toute la caravane subira un autre test PCR, NDLR). Bien sûr, nous sommes inquiets que des cas positifs puissent encore apparaître dans ces équipes, c'est pourquoi nous faisons des tests supplémentaires, en dehors du protocole de l'UCI. Il est impossible de faire davantage."

La question est de savoir comment les différents cas positifs sont apparus. Chez Mitchelton-Scott concerné, Simon Yates a déjà disparu du Giro samedi en raison d'un test positif. Mais il y a aussi des cas de coureurs qui ont dû partager la salle à manger de leur hôtel avec d'autres clients. "Nous voulons que toute la caravane du Giro soit attentive de ne pas rencontrer d'amis ou d'étrangers à l'hôtel le soir", dit Vegni.