Dans cette saison marquée par la prise de pouvoir de la jeunesse, certains anciens font de la résistance. C’est le cas d’Alexander Kristoff. Le Norvégien l’a encore rappelé sur le Tour des Flandres, qu’il a terminé à la troisième place, comme en 2019. Sur une course sur laquelle il a des statistiques impressionnantes. En neuf participations, il n’a jamais été classé au delà de la seizième place, et, surtout, il y compte … sept Tops 5 ! Avec notamment sa victoire conquise en 2015. "Ma troisième place sur cette édition 2020 est un peu inespérée", commente le coureur de la formation UAE Emirates. "Il faut être honnête. Normalement, je n’aurais pas pu sprinter pour le podium si Julian Alaphilippe n’était pas tombé en tête de course. Les trois plus forts étaient partis et méritaient de se disputer les trois premières places. Mais bon, c’est la course. Julian est tombé et j’ai alors saisi ma chance. Quand j’ai réalisé que nous roulions pour la troisième place, je n’ai cependant pas trop misé sur le podium, car je m’attendais à de nombreuses attaques. Et cela a en effet été le cas."

Mais il s’est accroché. "C’est ce qu’il faut faire sur le Ronde : s’accrocher, et j’ai vraiment dû le faire dans les montées les plus difficiles", poursuite le Norvégien. "J’étais dans un second groupe. Cela a été un combat pour revenir à l’avant." Ce qu’il a réussi. De quoi terminer sa saison en beauté. Mais il lui reste une dernière mission, ce mercredi. Avec l’épreuve Bruges-La Panne. "Ce sera ma dernière course de la saison avant de prendre un peu de repos, et je dois bien dire que je suis impatient que ce soit la trêve", ajoute le vainqueur de la première étape du Tour de France. "Surtout que cette pause ne sera pas très longue. La prochaine saison arrive déjà bientôt."