Lance Armstrong a demandé mardi à un juge de rejeter la plainte de l'Etat américain contre lui en arguant que son sponsor, l'entreprise publique US Postal, avait fermé les yeux sur ses années dopage et en avait même tiré profit.

Dans sa demande, Armstrong, déchu de ses 7 victoires dans le Tour de France (1999-2005) après ses aveux de dopage, explique que "le gouvernement prétend maintenant avoir été lésé par les allégations alors que les actes (du gouvernement) de l'époque sont plus révélateurs".

"Est-ce-qu'il a suspendu l'équipe pendant l'enquête ? A-t-il demandé à son armée d'avocats et d'enquêteurs d'étudier le dossier ? Non. Plutôt que de mettre fin à sa collaboration, il a renouvelé son contrat de sponsoring avec l'équipe", a affirmé celui qui courait chez US Postal, le service postal américain qui a investi 32 millions de dollars entre 2001 et 2004.

"L'histoire derrière cette décision du gouvernement est évidente. Armstrong avait gagné le Tour de France 2000. Le gouvernement avait besoin d'un vainqueur et de toute la publicité qui va avec. Il a eu exactement ce qu'il souhaité", poursuit l'ancien cycliste, âgé de 41 ans.

En février dernier, le gouvernement s'était associé à la plainte de l'ancien coureur Floyd Landis pour tenter de récupérer les sommes versées à l'équipe cycliste.

Le Texan évoque aussi un délai de prescription pour demander au juge de ne pas donner suite à cette plainte que le gouvernement a déposée au nom de l'US Postal, l'ancien sponsor de l'équipe, contre Armstrong et ses coéquipiers.