Le premier trimestre s’est terminé au Quai des Ardennes avec le succès de Remco Evenepoel. Outre le Brabançon, les gagnants du printemps se nomment Tadej Pogacar (succès à l’UAE Tour, aux Strade Bianche et à Tirreno) qui s’est révélé sur les classiques flandriennes, Wout van Aert, qui a gagné le Nieuwsblad et le GP E3 et qui, malgré le coronavirus, est revenu très fort (2e à Roubaix et 3e à Liège) prolongeant le très bon début de son équipe, et Mathieu van der Poel, 3e à Sanremo pour sa reprise, vainqueur à Waregem puis au Tour des Flandres.

Malgré des performances en demi-teinte pour Tom Pidcock, Ineos Grenadiers a obtenu une belle série de succès (Pays basque, Amstel, Flèche brabançonne, Paris-Roubaix) et de prestations collectives. Idem, mais dans une moindre mesure, pour Intermarché-Wanty Gobert (voir ci-contre) et pour Barhain-Victorious où Matej Mohoric a gagné Milan-Sanremo et Dylan Teuns la Flèche wallonne, alors qu’elle a perdu Sonny Colbrelli.

En enlevant la Doyenne, Evenepoel a sauvé la mise de Quick-Step Alpha Vinyl dont les coureurs étaient absents sur "leurs" classiques pavées et où, avant sa grave chute dimanche, Julian Alaphilippe ne s’était pas montré totalement à la hauteur (une étape au Pays Basque et 4e à la Flèche). L’équipe compte pourtant 19 victoires, dont six pour Fabio Jakobsen.

Dans le sillage de Stefan Küng, collectionneur d’accessits mais auquel il manque un beau succès, Groupama-FDJ a performé sur divers terrains et avec plusieurs coureurs.

Parmi les bons élèves, citons aussi Tim Merlier ou l’épatant Arnaud De Lie, côté belge, ainsi que l’inusable Alejandro Valverde, l’énigmatique Alexander Vlasov et les excellents résultats collectifs d’UAE (22 succès) ou, un degré en dessous, d’Arkéa-Samsic et de Cofidis.

Si de nombreux autres coureurs et équipes ont alterné le bon et le moins bon, la palme de la malchance revient à Sep Vanmarcke et a son équipe. On attendait mieux de Van Avermaet, Philipsen, Lampaert, Stuyven, Naessen ou des Lotto-Soudal Wellens, Gilbert et Vermeersch, qui ont tous fait mieux que Peter Sagan, Sam Bennett, John Degenkolb ou Chris Froome et plus généralement que les équipes EF-Easy Post, DSM, Astana et BikeExchange, les grosses déceptions du printemps.