Après leur coupure du début du mois, qui leur a permis d’effectuer un stage au soleil, les cyclo-crossmen ont repris les compétitions le week-end dernier, en enchaînant les épreuves d’Anvers et d’Overijse. Deux rendez-vous qui ne comptent pas pour les challenges de régularité (à savoir la Coupe du Monde, le Trophée Banque de la Poste ou le Superprestige), pas plus que celui d’aujourd’hui. Soit Kalmthout, une ancienne manche de la Coupe du Monde qui ne compte plus pour un challenge mais reste une épreuve prisée.

Elle innove cette année en se disputant dans la pénombre, avec un départ à 17h30. Les cyclo-crossmen devront pédaler à l’aider des 85 spots installés tout au long du parcours, comme cela se fait à Diegem depuis plusieurs années, déjà. Rassuré par sa victoire à Overijse, le champion du monde Sven Nys visera à confirmer sa montée en puissance ce dimanche. “Comme il y a moins d’enjeu, certains ont parfois envie de moins se donner sur ce genre d’épreuves comme Kalmthout; mais je trouve que c’est manquer de respect vis-à-vis des organisateurs”, a-t-il commenté dans son billet dans la Gazet Van Antwerpen. “Si on ne se donne pas à fond, alors des épreuves vont disparaître, et donc une partie de nos revenus…”

Après son succès à Overijse, Nys avait déclaré que c’était “bon signe avant la période de la fin d’année”. Une période qui se profile à grands pas. Une période très intense, avec huit cyclo-cross en deux semaines, ou six épreuves en neuf jours à peine. Autant dire qu’il faudra de la fraîcheur pour jouer les premiers rôles dans ce laps de temps très serré, durant lequel les classements définitifs des trois challenges de référence se jouent généralement.