Dauphiné Libéré. L’Allemand a gagné la 1re étape et a pris le maillot jaune à Zabriskie, vainqueur du prologue

BOURGOIN-JALLIEU Les sprinters n’avaient pas beaucoup d’occasions de remporter une étape sur le Dauphiné Libéré 2006 et, au lendemain du prologue remporté par l’Américain Zabriskie, dimanche à Annecy, ils ont laissé passer la première d’entre elles, hier, entre Annecy et Bourgoin-Jallieu où l’Allemand Fabian Wegmann s’est imposé en devançant (au sprint) ses trois compagnons d’échappée. Meilleur Belge, hier, Philippe Gilbert s’est classé neuvième de l’étape.

C’est à quinze kilomètres du but, dans la dernière difficulté du jour, la côte du Rapoux, qui surplombe Bourgoin-Jallieu, que les quatre hommes, Wegmann, Voeckler, Martinez et Mancebo, faussèrent compagnie au peloton tandis que le Français Nicolas Inaudi, auteur d’une fugue solitaire de 190km, venait d’être rejoint. Le coureur de Cofidis, à l’attaque toute la journée, avait possédé un maximum de dix-huit minutes d’avantage mais le vent contraire et le travail combiné des équipiers de Thor Hushovd, catalogué comme le meilleur sprinter de l’épreuve, et de David Zabriskie, le leader de l’épreuve, eurent raison du courage du Français.

Les quatre attaquants s’octroyèrent un avantage de quarante secondes à huit kilomètres du but et, à la faveur d’une longue descente, ils parvinrent à en conserver une bon-ne partie (13 secondes) sur la ligne d’arrivée où Wegmann s’imposa devant Voeckler et Martinez. Mancebo, quatrième de l’étape et candidat à un bon classement final, se contentait, pour sa part, de ce gain appréciable ainsi que de la satisfaction de voir sa blessure à la main évoluer favorablement. En cours d’étape, l’Espagnol, 4e du dernier Tour de France, avait, en effet, été impliqué dans une chute provoquée par un motard de la garde républicaine remontant le peloton. Le motard avait d’abord heurté Levi Leipheimer et l’Américain avait provoqué ensuite la culbute d’autres coureurs comme Mancebo, Horner, Pozzato ou Grivko.
Meilleur grimpeur du Giro 2004, Wegmann, bientôt 26 ans, a porté son effort à 300 mètres de la ligne pour enlever la dixième victoire de sa carrière, la seconde de cette saison après le Grand Prix Miguel Indurain conquis en avril.

“C’est malgré tout une surprise”, rigolait le coureur de Munster. “J’avais arrêté de courir pendant cinq semaines et je reprends seulement mais dans le prologue, j’avais déjà de bonnes sensations.” La veille, lors du prologue, l’Allemand avait concédé dix-huit secondes à l’Américain David Zabriskie, vainqueur à la moyenne de 53,509 km/h sur les 4.100 mètres d’un parcours tracé sur les bords du lac d’Annecy. Comme l’an passé lorsqu’il avait enlevé la 1re étape du Tour de France, à Noirmoutiers, quand il avait battu Armstrong, Zabriskie a devancé de deux secondes les autres favoris, terminant en quelques secondes. Stijn Devolder, sixiè- me, a fini premier Belge.

Aujourd’hui, la 2e étape mènera les coureurs de Bourgoin-Jallieu à Saint-Galmier sur 203 km d’un parcours globalement favorable aux sprinters.