Plusieurs substances interdites ont été retrouvés à l'occasion d'une perquisition menée au domicile de Frank Vandenbroucke. Il est d'ores et déjà licencié par Domo-Farm Frites

TERMONDE C'est ce qu'à annoncé, jeudi matin, le Procureur du Roi de Termonde, Christiaan Du Four, à l'occasion d'une conférence de presse. Frank Vandenbroucke a été officiellmement inculpé, ce jeudi midi, de la possession de produits hormonaux et de transgression de la loi sur les drogues, a annoncé, jeudi après-midi le parquet de Termonde. Les enquêteurs ont mis la main sur de l'EPO, de la morphine et du Clenbutérol au domicile du cycliste.


Le coureur encourt une peine de prison allant de 1 mois à 5 ans de prison. La justice a estimé que l'enquête ne nécessitait plus la détention de Frank Vandenbroucke. Il a été remis en liberté en fin de matinée, sous un certain nombre de conditions. Le Français Bernard Sainz à la base de cette nouvelle affaire reste, lui, détenu à la prison de Termonde. Il comparaîtra mardi devant la Chambre du conseil. Pendant sa détention, Frank Vandenbroucke a dû se soumettre à un test d'urine dont le résultat n'est pas encore connu.

A noter aussi que Nico Mattan (Cofidis) a été perquisitionné jeudi matin à 5h30 par la police dans le cadre de la même affaire a confirmé Alain Bondue le manager de l'équipe française Cofidis. Le coureur a dû se soumettre à une prise de sang et une prise d'urines.

Un simple contrôle qui risque de coûter cher

Cette perquisition faisait suite à l'arrestation, mercredi matin de Bernard Sainz, trouvé en possession d'amphétamines. L'affaire a débuté presque par hasard ce mercredi matin. La police locale de Erpe-Mere arrête un véhicule coupable d'un excès de vitesse. Son conducteur n'est autre que Bernard Sainz, plus connu dans les milieux cycliste comme étant le Docteur Mabuse. Il roulait à 98 km/h là où la vitesse était limitée à 70 km/h.

Les policiers découvrent que le véhicule n'est pas assuré. Ils contrôlent alors le coffre de la voiture et y découvrent un sac rempli d'une grande quantité de flacons et de seringues contenant des produits d'origine encore inconnue. Le parquet présume qu'il s'agit de produits hormonaux. Bernard Sainz a expliqué aux enquêteurs qu'il s'agissait de produits homéopathiques destinés à des cyclistes. Il a ajouté avoir passé la nuit précédente au domicile de Frank Vandenbroucke et être en route pour Audenaerde.

Sur cette base le parquet a alors envoyé, mercredi soir, une équipe de l'inspection pharmaceutique perquisitionner la maison du coureur. C'est là qu'une petite quantité de produits interdits a été trouvée. D'autres substances qui doivent encore être analysés ont également été emportées. Le cycliste a confirmé que Sainz avait passé la nuit chez lui, mais n'a rien dit aux enquêteurs concernant les produits retrouvés chez lui.

Une décision concernant l'arrestation du coureur cycliste doit être prise cet après-midi. Bernard Sainz est, quant à lui, maintenu en détention.

Fin de carrière

Le sélectionneur national belge, José De Cauwer, estime que Frank Vandenbroucke s'est lui même mis en faute et écarte une éventuelle responsabilité de son employeur, la formation Domo-Farm Frites. Vous ne pouvez accuser Domo, estime De Cauwer. Au sein de cette formation les gens ont tout fait pour l'aider. Ce n'est que sa faute à lui. Si effectivement ces produits ont été retrouvés chez lui, cela signifie probablement la fin de sa carrière.

De Cauwer a comme toute la Belgique, espéré un retour au plus haut niveau du coureur après son long passage à vide suite à l'affaire Sainz-Lavelot. Une telle évolution est toujours désolante quant il s'agit de quelqu'un qui dispose d'autant de talent que Frank n'en avait. C'est une vraie catastrophe, surtout pour lui-même, mais aussi pour tout le staff autour de lui et pour le cyclisme belge en général.

Lieven Maesschalk, le kinésithérapeute qui, ces derniers mois, préparait de façon intensive le come-back de Frank Vandenbroucke, est excessivement déçu par l'attitude du coureur. Qui va maintenant encore s'occuper de lui? Lorsqu'on abuse de la confiance des gens, vers qui peut-on encore se tourner? Pas vers moi, en tout cas, je n'ai plus du tout confiance. Pour moi, l'histoire s'arrête aujourd'hui...

Regrettable pour l'image du cysclisme

L'image du cyclisme prend de nouveau un sérieux coup par la faute d'un individu, estime la Royale Ligue Vélocipédique Belge en réaction au révélation du procureur du roi de Termonde. Il est encore trop tôt pour d'éventuelles sanctions, a cependant déclaré le directeur de la communication de la RLVB, Tom Van Damme.
Ce qui arrive est extrêmement dommage et stupide. C'est tout ce qu'on peut dire là-dessus, a expliqué Tom Van Damme. "Qu'un tel talent aille se perdre de cette manière, c'est incroyablement décevant. Il n'y a aucune autre façon d'en parler.

Des produits dangereux

Les produits retrouvés mercredi soir au domicile de Frank Vandenbroucke sont de l'érythropoïétine (EPO), du clenbutérol et de la morphine. Tous trois sont inscrits sur la liste des produits interdits par l'UCI, et comportent des risques non négligeables pour la santé de celui qui les utilise.

L'érythropoïétine (EPO) est une hormone utilisée par les coureurs cyclistes afin d'augmenter le nombre de globules rouges dans le sang. Elle accroît la capacité du transport d'oxygène dans le sang, ainsi que la VO2 max (la résistance à l'effort). Ses effets secondaires sont très dangereux pour la santé: l'EPO augmente la viscosité du sang et donc les risques de thrombose ainsi que d'infarctus cardiaques, d'accident vasculaire cérébral et d'embolie pulmonaire. L'EPO facilite aussi l'hypertension, l'épilepsie, et encore le cancer de la moëlle osseuse.

Le clenbutérol appartient à la classe des agents anabolisants. Il est censé augmenter la masse musculaire, stimuler l'agressivité, augmenter la résistance à l'effort et la capacité d'entraînement, et faire reculer le seuil de fatigue. Comme tous les anabolisants, le clenbutérol comporte des risques pour la santé: stérilité, troubles de la libido, atteintes hépatiques et rénales, ruptures tendineuses, infarctus du myocarde, troubles psychiques, tumeurs cancéreuses. Chez l'homme, les anabolisants peuvent engendrer l'atrophie testiculaire, la diminution d'hormones mâles, l'impuissance et la calvitie.

La morphine est un analgésique narcotique dont les effets recherchés sont la diminution de la douleur, l'euphorie, l'excitation (voire agressivité) et la levée des inhibitions. La morphine augmente les risques de dépression respiratoire, accroît un faux sentiment de sécurité (faisant courir le risque d'aggraver d'éventuelles blessures) et cause des troubles digestifs. Ses autres effets secondaires sont l'insomnie, la dépression, la tachycardie, l'hypotension. La morphine est d'autant plus dangereuse qu'elle a des effets sédatifs, hallucinogènes, et qu'elle présente des risques d'accoutumance et de dépendance. Enfin, la morphine peut entraîner un sujet dans le coma, les overdoses pouvant être fatales...