Cyclisme Il y a un peu plus de 2 ans, le coureur belge était lourdement tombé au Tour de Belgique avant de passer un peu moins de six mois dans le coma.

La démarche est lente, le visage est souriant et l'élocution encore balbutiante mais l'essentiel n'est pas là. Stig Broeckx, l'ancien coureur de la Lotto-Soudal, a ouvert ses portes aux caméras de la VRT. Plus de deux ans après sa terrible chute au Tour de Belgique, le Flamand est considéré par les médecins comme un cas miraculeux. Après plus de 5 mois et vingt jours dans le coma, les différents spécialistes avaient pronostiqué qu'il resterait dans un état quasi végétatif jusqu'à la fin de sa vie. Preuve du contraire, Stig marche, commence à récupérer ses souvenirs ( les 5 ans de sa vie avant son accident sont encore introuvables dans sa mémoire) et réapprend à parler. Il ne compte pas s'arrêter là, sa détermination et sa motivation sont intactes, tout comme celles de son entourage et particulièrement de sa maman. 

Dans un passage de l'émission "Bargoens", la maman de Stig explique les dessous de cette sombre période. " Nous sommes allés le voir tous les jours lorsqu'il était dans le coma, sans exception," raconte-elle. "Les médecins pensaient qu'il allait rester dans un état végétatif. Quand ils ont dit: 'il est temps de chercher une maison de repos', c'était si dur à entendre. J'étais persuadée qu'il sentait notre présence. Après une demi-année, il a réagi. S'il clignait un œil ou qu'il bougeait un doigt, nous étions si heureux." Elle raconte ensuite que les médecins ont donné le feu vert à Stig pour qu'il rentre chez lui, dans la ferme familiale située à Dessel, juste avant Noël. Un souvenir qui a ému particulièrement Stig, en pleurs dans les bras de mère. "Je me suis rendu compte: oh! je reviens de loin."

Aujourd'hui, Stig s'exerce tous les jours pour réussir à remarcher correctement. Son souhait ? "Je veux pouvoir faire toutes les choses de manière normale, comme un Stig ordinaire",souffle-t-il. "Marcher normalement, faire du vélo et parler couramment car pour le moment, ça ne va pas trop à ce niveau-là. Je sens que je m'en rapproche de plus en plus, c'est motivant."

Pourra-t-il remonter sur un vrai vélo un jour ? Rien n'est moins sûr. "Le premier jour où il est arrivé, ce n'était vraiment pas rassurant", raconte Ilse Boesmans, la kinésithérapeute en chef du centre de revalidation de Pelt, où Stig se rend pour faire de l'exercice. "A l'époque, je ne pensais pas qu'il allait se revalider de la sorte, Je trouve que c'est un miracle." Elle détaille ensuite que le fait qu'il soit jeune et ancien sportif de haut niveau a joué en sa faveur. "Son corps était déjà habitué à s’entraîner durement. Rouler à vélo ? S'il y parvient, nous pourrions qualifier cela à nouveau de miracle, c'est tout ce que je lui souhaite."