Cela fait désormais 20 ans que la société Quick Step sponsorise l'équipe cycliste de Patrick Lefevere. L'occasion pour le journal Het Nieuwsblad d'organiser une interview croisée entre le patron du Wolfpack et Frans De Cock, l'homme fort derrière la société spécialisée dans les parquets laminés. Dans cet entretien, les deux hommes évoquent leurs souvenirs sur leurs 20 années communes. Ils ont bien évidemment parlé de Tom Boonen, certainement le coureur le plus emblématique à avoir couru sous les couleurs de Quick Step.

"Son titre de champion du monde en Espagne reste mon plus beau souvenir en tant que sponsor", explique De Cock, "Nous avions loué une brasserie le long du parcours et y avions invité une quarantaine de clients. Le soir, après la victoire, tous les coureurs belges sont venus boire un verre avec nous. Tom était la grande vedette."

"Tom aurait toujours dû remporter le Tour des Flandres à quatre reprises", a enchainé le patron de la société Quick Step, au grand étonnement du journaliste qui lui a demandé davantage d'excplication à ce sujet. "Tout le monde sait qu'un coureur solide a remporté le Tour des Flandres avec un moteur dans son vélo. C'était scandaleux ce qu'il s'est passé ce jour-là", a lâché De Cock sans nommé Fabian Cancellara, vainqueur cette année-là.

En 2010, alors qu'ils étaient tous les deux en tête du Ronde, Cancellara, assis sur la selle, a réussi à décramponner un Tom Boonen en danseuse dans le plus dur de l'ascension du Mur de Grammont, encore juge de paix du Tour des Flandres à l'époque. Le Suisse n'a jamais été revu et l'a emporté en solitaire à Meerbeke une semaine avant de refaire un numéro similaire sur Paris-Roubaix. 

Mais plusieurs semaines plus tard, des rumeurs ont fait surface dans les médias italiens. Cancellara aurait utilisé une assistance mécanique lors de ces deux courses. Un petit moteur sur batterie caché dans la potence pouvait être déclenché par la simple pression d'un bouton sur le guidon. À l'époque, les vélos de l'ancien champion du monde de chrono n'avaient pas pu être contrôlés et les doutes ont subsisté sans que les victoires du Suisse sur le Tour des Flandres et Paris-Roubaix 2010 ne soient réellement remises en question.