Le Gantois a rendu le sourire à des fans de cyclisme dépités par les conséquences de l’épidémie de coronavirus.

Sur la route d’Apt, Tiesj Benoot nous a gratifiés d’un sacré numéro. Le Gantois a réalisé une performance assez similaire à celle qu’il avait accomplie lors de son succès sur les Strade Bianche en 2018. "L’étape a été difficile dès le départ. Mais je savais que j’avais de bonnes jambes et j’aime ce type d’étapes où l’on est en prise toute la journée. La situation était excellente quand je suis parti en contre avec Vincenzo Nibali (Trek-Segafredo) puisque j’avais Soren Kragh Andersen devant. Une fois son travail terminé, il me restait ensuite un peu plus de dix kilomètres pour conclure ", analysait le coureur Sunweb après l’arrivée.

À Apt, Tiesj Benoot a magistralement conclu l’excellente performance collective de sa formation. "Je suis très heureux de donner cette victoire à ma nouvelle équipe. Toute la semaine, l’ambiance a vraiment été bonne. Tout le monde est au niveau. Tous les équipiers ont leur part dans la victoire du jour. C’est chouette de gagner une deuxième étape après celle de Soren Kragh Andersen dans le contre-la-montre. C’est vraiment mérité, je pense", indiquait celui qui a devancé son équipier Michael Matthews à l’arrivée de la sixième étape de Paris-Nice.

Depuis sa reprise tardive, lors du Circuit Het Nieuwsblad le 29 février, Tiesj Benoot affiche une condition exceptionnelle. Qui le satisfait autant qu’elle le frustre. "Avec les jambes que j’ai, c’est vraiment dommage que la course ne puisse aller jusqu’à Nice (NdlR : la Course au soleil va se terminer ce samedi au sommet du col de la Colmiane)", pestait le Gantois. Le coureur Sunweb s’est montré encore plus déçu face aux annulations en pagaille engendrées par l’épidémie de coronavirus. "Nous avons fait une très bonne préparation plus tôt dans l’année. Nous avons fait beaucoup d’efforts avec les coureurs de classiques de l’équipe ici. Malheureusement, nous ne pourrons pas courir les classiques cette année, mais je suis sûr qu’à l’ave nir nous pourrons réaliser de belles choses sur ces courses", concédait Tiesj Benoot.

Désormais repositionné à la deuxième place du général à seulement à 36 secondes de Maximilian Schachmann (Bora-Hansgrohe), le Gantois peut espérer monter sur le podium de cette 78e édition de Paris-Nice. "J’ai vraiment envie de continuer comme cela lors de la dernière étape", certifiait le coureur Sunweb avant la cérémonie protocolaire. Même s’il a déjà montré de belles aptitudes en montagne, notamment lors du Critérium du Dauphiné 2018, on voit mal Tiesj Benoot remporter la Course au soleil. Car l’écart à combler sur le leader semble trop important et l’avance accumulée sur Sergio Higuita (EF), troisième au général, trop faible. Peu importe puisque le Gantois a déjà réussi ses débuts chez Sunweb. Il a d’ailleurs assuré vouloir "d’abord profiter de la victoire". Tiesj Benoot va malheureusement disposer de beaucoup de temps pour repenser à son beau numéro réalisé dans les reliefs du Lubéron.