"Une démonstration", "une machine", "du jamais vu", les qualificatifs n'ont une nouvelle fois pas manqué pour qualifier la prestation de Remco Evenepoel sur les pentes raides du Picon Blanco lors de la 3e étape du Tour de Burgos.

Une victoire en solitaire que notre compatriote a allègrement célébré au moment de passer la ligne. Mais entre les traditionnelles mains en l'air, un autre geste n'est pas passé inaperçu. Avec sa main droite, Evenepoel a frotté son épaule gauche.


Une célébration que le Belge n'avait encore jamais faite mais celui-ci compte bien en faire sa signature, comme il l'a déclaré aux médias flamands présents sur place peu après l'arrivée : "C'est le genre de geste de victoire auquel je travaillais. C'est quelque chose à moi. Cela n'a rien d'égoïste mais je ne pense pas que beaucoup de coureurs l'ont déjà fait. C'est maintenant le mouvement Remco."

S'il compte bien reproduire ce geste de victoire lors de chacun de ses célébrations, celui-ci a fortement fait parler de lui sur les réseaux sociaux. Entre ceux qui jugent cela arrogant de sa part et d'autres qui estiment qu'il a bien le droit de célébrer sa victoire comme il l'entend, "le Remco" fait déjà beaucoup parler de lui.

Pour le sélectionneur national Rik Verbrugghe qui le connait bien, "Remco n’est pas du tout arrogant. Au contraire, c’est quelqu’un de très respectueux envers les autres, envers ses adversaires. Je ne sais pas ce qu’il a voulu dire par son geste, mais c’est dans son caractère : il a envie de courir, il a envie d’attaquer, de gagner. Il est comme ça. Il peut parfois paraître arrogant, mais ce n’est pas de l’arrogance. Il a juste la volonté de bien faire."

Et au vu de sa prestation de ce jeudi, on va de toute façon devoir s'y habituer.