Après trois ans d’absence, des coureurs du sud du pays seront sur la Grande Boucle.

Trois années de suite, il n’y a pas eu un seul coureur wallon sur les routes du Tour de France. Cela ne devrait plus être le cas cette année. Avec, vraisemblablement, trois coureurs francophones qui devraient être au départ, dans un mois, à Düsseldorf.

Philippe Gilbert veut y aller

Philippe Gilbert a annoncé lui-même son retour sur le Tour de France. Le champion de Belgique n’y est plus apparu depuis 2013, date, d’ailleurs, de la dernière participation d’un coureur francophone à la plus grande course du monde. Même si la sélection n’est pas encore officielle, le Liégeois devrait être aligné par Quick Step, pour traquer les victoires d’étapes.

Jonas Van Genechten : "J’ai De grandes chances"

Le sprinter wallon figure dans la présélection de Cofidis pour le Tour. Le Hennuyer, qui avait remporté l’an passé une étape du Tour d’Espagne pour sa première participation à un Grand Tour, dispute dès dimanche le Critérium du Dauphiné. Le poisson-pilote de Nacer Bouhanni rêve de découvrir la Grande Boucle . "J’ai vraiment envie d’y être, surtout qu’il y aura deux étapes en Belgique", raconte le Hennuyer installé en Espagne, qui a flirté plusieurs fois avec la victoire cette saison. "La sélection n’est pas encore conn ue, mais je pense que j’ai toutes les chances pour y aller. Je pense faire partie de l’équipe type autour de Nacer Bouhanni." Le Français ne sera pas sur le Dauphiné, où le Wallon pourra jouer sa carte.

Thomas Degand peut y croire

Le Hennuyer a déjà participé à la Vuelta. Et il a toutes les cartes en main pour découvrir le Tour cette année. Le grimpeur de Bois-de-Lessinnes est en forme, puisqu’il vient de remporter le classement final du Tour du Jura.

"C’était une UCI 2.2, donc une épreuve d’un niveau inférieur, mais il faut quand même parvenir à la gagner et cette victoire, ma quatrième dans une épreuve labélisée UCI, me fait du bien au moral", raconte le coureur de l’équipe Wanty-Groupe Gobert. "Je suis dans la forme dans laquelle je voulais être avant le Dauphiné. Et avant, je l’espère, le Tour de France. Je ne sais pas si j’ai marqué des points en vue de ma sélection avec mon succès, mais ce qui est certain, c’est que je n’en ai pas perdus ! J’étais dans la bonne échappée le premier jour et lors de l’étape la plus dure, le lendemain, avec arrivée au sommet, j’ai suivi une attaque de mon leader Guillaume Martin, qui m’a bien aidé. J’ai tenté qu’il gagne l’étape, car j’étais quasi certain de la victoire finale. Nous faisons deuxième et troisième, mais l’essentiel était la victoire au général . C’était une bonne répétition, car cette étape était similaire à la huitième du Tour de France, entre Dôle et la station des Rousses."

Les autre pistes

Outre ces trois coureurs qui devraient faire le Tour, il y a six autres Wallons qui font partie des équipes qui seront sur la Grande Boucle cet été. Mais Rémy Mertz et Maxime Monfort n’y seront pas chez Lotto-Soudal, pas plus que Loïc Vliegen chez BMC, ni Boris Vallée, qui se remet d’une fracture de la clavicule, chez Fortuneo-Vital Concept. Chez Wanty-Groupe Gobert, Robin Stenuit ne devrait pas y être. Kevin Van Melsen a, lui, peut-être une possibilité.

© IPM