13 coureurs professionnels s'élanceront... de leur salon, dans une course virtuelle qui permettra de désigner un vainqueur du Ronde 2020.

Bien sûr, ce Tour des Flandres aura moins de saveur puisqu'il sera amputé de 162 participants, d'un million de spectateurs au bord des routes et de 228 kilomètres. Mais il aura au moins le mérite de divertir les amateurs de cyclisme et d'apporter un peu d'esprit de compétition aux 13 participants qui doivent se contenter de longues sorties d'entraînement depuis plusieurs jours.

Parmi eux, et dans l'ordre des favoris selon les bookmakers, on retrouve: Remco Evenepoel, Thomas De Gendt, Wout Van Aert, Michael Matthews, Oliver Naesen, Greg Van Avermaet, Jasper Stuyven, Zdenek Stybar, Tim Wellens, Yves Lampaert, Alberto Bettiol, Mike Teunissen et Nicolas Roche. Les deux premiers et le dernier cités n'auraient clairement pas pris part au véritable Ronde. Mais sur une distance de 32 kilomètres, et alors que l'effet des pavés ne se ressentira pas sur la version virtuelle, Evenepoel et De Gendt pourront défendre leurs chances. D'autant plus qu'on sait que Thomas De Gendt a récemment été banni de la plateforme Zwift (qui permet le déroulement de la course) car il était... trop puissant. 

Philippe Gilbert, lui, a décidé de refuser l'invitation: "C'est un monument de 260 kilomètres que l'on résume à 32 kilomètres. Même si ce n’est que de la pub, je trouve ça un peu stupide. D’autant que les rouleaux ne sont pas vérifiés et ça devient du coup très approximatif" confiait-il notamment à nos confrères de la RTBF, qui ont également contacté Thomas Van Den Spiegel, CEO de Flanders Classics, à l'initiative de cette course virtuelle. "Des caméras sont installées chez les 13 coureurs, ce qui permettra au réalisateur de montrer des images de la course virtuelle mais aussi des participants sur leur rouleau". En effet, la course sera retransmise en télévision, sur Sporza, entre 15h30 et 16h30 ce dimanche. 

"Quand la pente sera de 20% dans les 32 derniers kilomètres du parcours sur lesquels se disputera la course, les coureurs la ressentiront réellement", explique encore Van Den Spiegel qui s'attend à une course spectaculaire: "Ce sera difficile de développer une vraie tactique d'équipe pour ceux qui ont des équipiers. Je suis certain que ça attaquera dès le début."

Pour autant, il ne s'agira pas d'un contre-la-montre individuel puisque Zwift donne un avantage aux coureurs qui sont "dans les roues". Et l'excellente pénétration dans le vent de Remco Evenepoel ne lui servira guère, sur un rouleau. Sans parler de la probabilité accrue de voir la victoire se disputer au sprint, sur une distance aussi courte. Wout Van Aert pourrait donc, lui aussi, avoir son mot à dire. Ce sera seulement sa deuxième course "sur route" depuis sa grave blessure au dernier Tour de France. Pourquoi ne pas s'offrir un premier Tour des Flandres de manière virtuelle ?

Comme le reconnaît Van Den Spiegel lui-même: "Cela ne remplace pas le vrai Ronde. Mais c'est une initiative qui peut donner un peu de courage. D'ailleurs, d'ici 20 ou 30 ans, le sport aura peut-être évolué dans cette direction."