Kern a gagné hier aux Gets avant deux dernières étapes très dures

LES GETS On a vu Jurgen Van den Broeck porter plusieurs banderilles, hier, dans la (trop roulante) montée finale vers les Gets où Christophe Kern, superbement protégé par son chef de file Thomas Voeckler, a enlevé la première victoire française du Dauphiné.

Avec Alexandre Vinokourov et, surtout, Joaquim Rodriguez, le Belge a tenté, mais en vain, de déstabiliser dans les trois derniers kilomètres Bradley Wiggins, le porteur du maillot jaune, bien épaulé par ses partenaires de Sky. La pente n’était toutefois pas assez rude pour que l’Anversois connaisse le même succès que lundi, à Saint-Pierre-de-Chartreuse, où VDB avait défloré son palmarès.

Rejoint dans les Alpes par sa nouvelle compagne, Femke Herijgers, la fille de l’ancien champion du monde de cyclo-cross, le chef de file de l’équipe Omega Pharma-Lotto va obtenir ce week-end deux plus franches possibilités de mettre éventuellement à mal l’hégémonie de Bradley Wiggins.

Les étapes de ce samedi et de dimanche, pentues à souhait, promettent un joli feu d’artifice final.

Celle d’hier a vu le vétéran américain Jason McCartney, 37 ans, mener une longue échappée solitaire qui s’est terminée sur les premières rampes menant aux Gets.

Dès lors, en réponse à une accélération de Toni Martin, plus du tout concerné par le classement général, l’équipe Europcar a pris la course en main. Les hommes de Jean-René Bernaudeau qui préparaient le travail pour Voeckler, ont d’abord lancé Pierre Rolland, avant que Christophe Kern ne prenne le relais de son équipier. D’abord au sein d’un petit groupe (en compagnie de Fedrigo, Martin, Zaugg ou Garate), puis, seul, dans les trois derniers kilomètres où il a résisté au retour de ses premiers poursuivants pour conserver neuf secondes.

L’Alsacien, trente ans, médaillé de bronze du chrono juniors des mondiaux 1999, a mis fin à près de sept ans d’insuccès.

Il y a deux ans, Kern avait terminé deuxième de l’étape du Tour de France à Arcalis (Andorre), sur les talons de Brice Feillu. Il ne lui avait pas manqué grand-chose pour revenir sur son compatriote.

“Si j’étais repris, Thomas (Voeckler) avait une bonne chance”, a expliqué Kern, dont le début de saison avait été perturbé par des ennuis de genoux et qui a plus que certainement gagné sa place pour le Tour de France au sein de son équipe.



© La Dernière Heure 2011