Les coureurs menacent l’UCI de les porter le 26 mars en guise de représailles

envoyé spécial en Italie Philippe Van Holle

MARINA DI CARRARA Le GP de l’E3 va-t-il subir les conséquences du conflit qui fait désormais rage entre les coureurs et l’UCI à propos de l’interdiction des oreillettes en courses ? En tout cas, tout en disant rechercher le compromis, les représentants des coureurs, par la voix de Gianni Bugno, ont décidé de durcir considérablement leur position face à ce qu’ils appellent l’entêtement de l’UCI.

“Nous ne sommes consultés pour rien” , disait Bugno avant le lancement de Tirreno-Adriatico. “Nous ne cherchons pas le conflit, mais nous ne comprenons pas cette mesure interdisant l’utilisation des oreillettes pour les courses qui n’émargent pas au World Tour. J’ai reçu 400 lettres de coureurs qui s’insurgent contre cette décision unilatérale. Dès lors, nous avons décidé d’une action consistant à utiliser les oreillettes le 26 mars si, avant cette date, nous n’avons pas été invités par l’UCI afin de trouver un compromis.”

Jonathan Vaughters, représentant des groupes sportifs, appuyait totalement cette revendication des coureurs, tant pour la sécurité de ceux-ci que pour la possibilité pour les directeurs sportifs de communiquer avec eux. “Je ne connais pas un seul sport collectif au monde où l’on interdit au coach de donner des indications à ses hommes” , s’exclamait-il. “Pas un seul sauf en cyclisme. C’est impensable. Et inac- ceptable !”

On notera que la sécurité n’est plus le seul motif de mécontentement; la stratégie est aussi un argument fort des équipes, les directeurs sportifs ne voulant plus être que de simples chauffeurs. On sait qu’au cas où les coureurs décideraient de porter les oreillettes, l’UCI, elle, retirerait ses commissaires, ce qui entraînerait éventuellement un défaut d’assurance. Et sans assurance, pas de course !

On verra ce qu’il en est le 26 mars, à l’E3 mais aussi au Critérium International, une organisation d’ASO, dont Vaughters prétend qu’elle serait en train de faire marche arrière....



© La Dernière Heure 2011