Chaque année, la célèbre course Liège-Bastogne-Liège attire des milliers de spectateurs belges et étrangers tout au long du parcours. Mais, covid oblige, le seul moyen d’assister à la course est de la regarder sur le petit écran. Pourtant, ces règles concernant un huis clos strict n’empêchent pas certains fervents de se déplacer.

C’est notamment le cas à proximité de la Redoute, à Remouchamps, l’un des lieux les plus prisés de coutume. Depuis quelques heures, une bonne vingtaine de mobilhomes sont installés sur le terrain public à côté du centre récréatif, qui se situe à près d'un kilomètre à peine de la Redoute. Bien moins nombreuses que lors des précédentes éditions de Liège-Bastogne-Liège, les personnes présentes semblent avoir reçu l’ordre de la police de ne pas se rendre sur le parcours de la course dimanche. "Nous avons cadenassé les accès à la Redoute pour que les mobilhomes ne s’y installent pas comme c’est le cas les autres années. Pour ce qui est du terrain public, la police est allée sur place et a bien fait passer le message en insistant qu’il était interdit de se rendre sur le trajet de la course et de se rassembler. Il existe une liberté de circuler et on ne peut donc pas interdire aux gens de se déplacer. Mais il est certain que la police sera très vigilante", explique Thierry Carpentier, le bourgmestre d’Aywaille.

© Tonneau

Pas question actuellement de les évacuer. "Les aires dédiées aux mobilhomes sont actuellement toutes occupées sur notre commune. J’ai discuté de la présence de ceux-ci sur le terrain public avec le chef de poste, ils peuvent rester là pour l’instant. Si nous voulons les faire quitter, il faut prendre un Arrêté. Nous analysons l’évolution de la situation régulièrement mais il faut dire aussi qu’il y en a beaucoup moins que d’habitude", conclut le bourgmestre.

Mobilhome ou non, le message est clair : il n’est pas question de se rendre sur le parcours pour applaudir les coureurs le long des barrières !