Et pas dans la simple échappée matinale ! Aimé De Gendt a impressionné en attaquant dans la première partie du Poggio. Tandis que le Liégeois Loïc Vliegen avait dynamité l’épreuve en flinguant dans la Cipressa. "Je me sentais très bien, et je l’ai peut-être montré un peu trop tôt. Avec six coureurs par équipe, je pensais que d’autres oseraient attaquer et qu’on formerait un petit groupe dans la Cipressa. Malheureusement, nous n’étions qu’à deux et nous avons été repris au sommet. Je suis très content de ma découverte de ce monument, et je veux revenir l’an prochain fort de cette expérience sur 300 kilomètres pour faire mieux encore, et attaquer cette fois sur le Poggio."