Certains équipiers de l'équipe belge risquent de ne pas se croiser du tout, en cette fin d'année 2020.

Entre voyages, public et proximité (aussi bien dans le peloton que dans les hôtels), le cyclisme risque d'être très exposé au coronavirus lorsqu'il reprendra ses droits. Et si cela ne se fera pas sans une grosse baisse du risque de contamination, il est peu probable que l'épidémie ait complètement disparu cet été, alors qu'aucun vaccin n'existe pour le moment.

Les différentes équipes professionnelles préparent donc au mieux ce retour à la compétition. Et chez Lotto-Soudal, il semblerait qu'on soit prêt à diviser l'effectif en trois pendant les quelques mois de course que comptera la fin 2020. C'est en tout cas ce qu'a expliqué Jens De Decker, le docteur de l'équipe, à Sporza: "Il y aura trois bulles et pour les former, les grands tours serviront de repères. Une bulle est une succession de courses pendant laquelle l'équipe conservera les mêmes coureurs et le même staff. Sur le papier, cela semble être la solution idéale."

Au vu du calendrier, on risque donc de retrouver des équipes A, B et C, à peu de choses près. Gilbert, Wellens et Degenkolb, entre autres, risquent de cohabiter sur le Tour de France avant d'enchaîner avec les classiques. Mais évidemment, il y aura des "transferts" tôt ou tard, ne serait-ce que pour pallier à d'éventuelles blessures.

"Nous devrons nous montrer flexibles. Cela passera par une batterie complète de tests sur un coureur qui doit éventuellement changer de bulle. Il faudra également s'adapter aux lois des pays dans lesquels nous allons courir car les autorités locales auront toujours le dernier mot", admet Jens De Decker.