Quand il mettra un terme à sa carrière, dans 15 ans, voire plus peut-être, on se souviendra que Magnus Sheffield a conquis son premier grand succès à la Flèche brabançonne. Le jeune Américain aura 20 ans mardi prochain et on en entendra encore parler, c’est sûr. Pour enlever un deuxième succès chez les pros, après la 3e étape de la Ruta del Sol, Magnus Sheffield a fait montre des qualités qu’on lui prêtait depuis ses débuts sur la scène internationale. Il y a trois ans déjà, il s’était illustré sur les routes belges en finissant deuxième de l’épreuve "Keizer der juniores" derrière son compatriote Quinn Simmons, d’un an son aîné, avant de finir troisième du Mondial 2019 au Yorkshire devancé par ce même Simmons.

Trois jours après l’Amstel, l’équipe Ineos a enlevé une deuxième classique, dominée par ses jeunes coureurs qui étaient trois dans le groupe de tête de sept hommes. Une supériorité numérique dont Magnus Sheffield, solide colosse de 1 m 83 et 74 kilos, tira profit à quatre kilomètres du but, sans le vouloir.

"Je voulais préparer le sprint de mes équipiers (NdlR : Tom Pidcock et Ben Turner), expliqua Sheffield. Je me suis retrouvé devant, Wellens s’est écarté et lui et Cosnefroy se sont regardés, j’ai continué et quand j’ai vu qu’il y avait un écart, j’ai poursuivi mon effort jusqu’au bout. C’est incroyable. J’avais déjà gagné une étape mais cette fois, il s’agit d’une semi-classique. Nous ne serons pas favoris, mais j’espère qu’on pourra prolonger notre bonne forme collective dimanche à Paris-Roubaix."