"Atchoum !" Signe des temps, il y a eu plusieurs éternuements, ce jeudi, lors de la conférence de presse des Quick Step Alpha Vinyl. Heureusement, les gestes barrières ont été respectés, puisque l’équipe du vainqueur sortant du Tour des Flandres a organisé sa séance pour les médias en vidéoconférence. "Même moi, je suis malade", précise, la voix encombrée, Patrick Lefevere. " Je suis donc resté à la maison."

Loin de ses coureurs, qu’il ne veut pas contaminer avant ce Ronde si particulier pour sa formation. "On a assez de malades…" ajoute dans un sourire le patron du Wolfpack, qui rêve de voir ses troupes peser à nouveau sur les classiques. Ce qui n’est pas le cas pour le moment.

"Je n’ai pas trouvé mes coureurs si mauvais que ça mercredi, ajoute-t-il. Ils étaient bien présents, avant de disparaître ensuite. On sent un manque de compétition dans les jambes pour certains, mais ils progressent. Nous devons accepter la situation actuelle. Et ne pas céder à la panique, qui est mauvaise conseillère. Je dis toujours qu’il faut tirer le bilan des classiques après Liège-Bastogne-Liège. Nous avons de la chance, finalement, que Paris-Roubaix soit reporté d’une semaine. Je me souviens qu’en 2001 nous n’avions rien gagné sur les classiques. Et puis nous avons terminé sur les trois premières marches du podium de Paris-Roubaix…"

Avec la victoire de Servais Knaven devant Johan Museeuw et Roman Vainsteins.

Habituée à miser sur plusieurs favoris sur les pavés, la formation Quick Step Alpha Vynil doit revoir ses plans. "Ce n’est pas dans notre habitude de courir de manière défensive", termine Patrick Lefevere. "Mais nous avons dans nos rangs un solide Kasper Asgreen, vainqueur du Ronde l’an passé, et un bon Florian Sénéchal, qui n’a pas eu de chance ces derniers temps. Sur le Tour des Flandres, avec tant d’endroits stratégiques, il peut se passer de nombreuses choses. Si Van Aert est absent, on annonce Van der Poel favori. Mais, avec Asgreen, il y aura match !"