Cyclisme Un documentaire relance la piste du meurtre pour expliquer le décès du cycliste italien.

14 février 2004, l'ancienne gloire du cyclisme italien, Marco Pantani était retrouvé mort dans sa chambre d'hôtel des suites d'une attaque cardiaque, ainsi que d'un oedeme cérébral et pulmonaire conséquence d'un mélange de calmants, d'antidépresseurs et de drogue selon la version officielle.

Mais plus de quinze ans plus tard, documentaire diffusé à la télévision italienne propose une autre explication pour comprendre la mort du vainqueur du Tour '98. Dans celui-ci, le journaliste interroge un certain Fabio Miradossa, le dealer qui a fourni à Pantani sa dernière dose de cocaïne, qui est certain que "le Pirate" a été tué. "La personne qui a fait cela ne l'a peut-être pas voulu mais Marco a bel et bien été tué. Je ne comprends pourquoi les enquêteurs n'ont pas été plus loin à l'époque", explique Miradossa.

Ce témoignage est relayé par celui de la mère de Pantani, Tonina, qui a toujours prétendu que la mort de son fils n'était pas accidentelle. "Sur son visage, on voyait de vilaines éraflures. Il y avait des traces de coups sur tout son corps. Les enquêteurs prétendaient qu'elles étaient dûes à la chute mais cela ne provoque quand même pas de coupures. Non, ceux qui l'ont tué, l'ont frappé et l'ont forcé à dissoudre une grande quantité de cocaïne dans de l'eau pour ensuite lui faire boire. Comment expliqueriez-vous qu'on ait retrouvé sept fois la dose mortelle dans son corps sinon ?", explique la mère du Pirate.

Plus de quinze après les faits, la mort de Marco Pantani comporte encore et toujours des zones d'ombre qui ne seront sans doute jamais levées.