Craignant une annulation de ses épreuves à cause du coronavirus, l'organisateur veut les reporter à une date ultérieure.

Si ce lundi, RCS, la société organisatrice des Strade Bianche, de Tirreno-Adriatico et de Milan-Sanremo, se montrait plutôt optimiste quant à la tenue des ces trois épreuves dans les semaines à venir, la situation a radicalement changé depuis lors.

En effet, ce mardi soir, l'agende de presse ANSA rapportait que le gouvernement italien souhaitait annuler tous les événements sportifs dans le Botte et ce pour une durée d'un mois. Ce qui annulerait par conséquent toutes les courses italiennes du mois de mars. "Nous sommes devant un magnifique triptyque. Notre intention, que nous avons souligné plusieurs fois depuis quelques jours, est de donner aux gens le spectacle qu'ils attendent", a expliqué Mauro Vegni, patron de RCS au site italien spécialisé Tuttobiciweb. "Mais il n'y a pas de doutes que le coronavirus nécessite une situation d'urgence. Les recommandations du Comité Scientifique nous laisse peu de marges de manœuvre. Si le gouvernement suit ces recommandations, nous devrons annuler les trois épreuves."

Craignant l'annulation de ses courses, Vegni cherche déjà une date pour replacer les trois épreuves plus tard dans le calendrier : "Nous avons l'intention, ensemble avec l'UCI, de travailler pour trouver une nouvelle place dans le calendrier pour ces courses, que nous ne voulons absolument pas manquer." 

Selon Mauro Vegni, ce triptyque italien pourrait être replacé en juin après le Giro ou en septembre.

Si l'annulation des épreuves italiennes des prochaines semaines devrait être confirmer dans les jours à venir, le gouvernement français a par ailleurs confirmer que Paris-Nice, qui débute ce dimanche aurait tout de même bien lieu.