On avait fait une croix sur l’Écossais. Après avoir touché le fond, le voici ressuscité à 33 ans

LA PANNE Douze ans après avoir déjà enlevé le dernier chrono des Trois Jours, David Millar a fait cette fois coup double, le Britannique enlevant logiquement le classement général de l’épreuve.

“J’avais alors 21 ans et j’étais naïf”, souriait le coureur de Garmin, impliqué au milieu des années 2000 dans les affaires de dopage qui frappèrent Cofidis, son équipe d’alors.

L’écossais, suspendu deux ans, privé du titre mondial du contre-la-montre, sombra littérallement un moment, avant de se reprendre et de revenir au cyclisme. Il est désormais activement engagé dans la lutte anti-dopage et prône un cyclisme propre. Il y a sept ans que Millar n’avait pas gagné une course à étapes, en l’occurrence le Tour de Picardie.

“C’est une victoire très importante pour moi”, poursuivait l’ancien maillot jaune du Tour 2000. “Cela démontre aussi que je peux être performant sur les routes des Flandres. Je savais que la victoire se jouerait non seulement dans ce chrono, mais aussi lors des autres étapes. Il a fallu courir en conséquence.”

De fait, le Britannique fut présent dès le premier jour à Audenaerde et encore mercredi, lors d’une étape courue dans des conditions dantesques.

“Heureusement, j’ai pu résister dans cette étape épique”, continuait Millar au pied du podium. “Peut-être que je suis meilleur encore dans des contions météorologiques mauvaises. Je me sentais aussi très fort à ce moment. J’ai désormais trente trois ans et beaucoup d’expérience, je me bonifie avec les ans. J’espère que je serai capable de jouer un rôle dans la finale du Tour des Flandres, dimanche.”

Où la formation Garmin n’aura certes aucun grandissime favori dans ses rangs, mais avec Millar, Farrar, Maaskant et Vansummeren, elle est sans doute capable de peser sur le cours des événements.



© La Dernière Heure 2010