Le Belge n'a pas pu répondre à l'attaque de Julian Alaphilippe dans la dernière bosse mais s'est consolé avec une médaille d'argent, comme sur le contre-la-montre deux jours plus tôt. "Une deuxième place, c'est douloureux", a déclaré l'Anversois après l'arrivée au micro de Sporza.

"Je n'ai rien à me reprocher, l'équipe n'a rien à se reprocher. Nous avons fait ce que nous devions faire. Je pense que nous avons bien roulé. Mais je ne pouvais pas suivre quand Julian Alaphilippe a attaqué", a analysé le chef de file de la formation belge. "Bien sûr que je suis déçu car c'est une deuxième place. J'avais les jambes que je voulais, j'étais en forme. Mais comme vendredi (sur le chrono, ndlr), quelqu'un a été un peu meilleur. Deux médailles d'argent, c'est dur."

Certains ont critiqué le manque de collaboration de Primoz Roglic au moment où il fallait revenir sur le Français dans la finale. Pendant trois semaines sur les routes du Tour, 'WVA' n'avait jamais hésité à servir son leader slovène. Wout van Aert avait lui un avis bien différent. "Il a fait de son mieux, nous étions tous à la limite. Le plus fort était devant. Je pense que Primoz a fait tout ce qu'il pouvait. Il savait aussi qu'il ne pouvait pas gagner la course dans ce groupe. Je ne suis fâché sur personne."

"Julian avait de super jambes, il a été le seul à pouvoir creuser l'écart. Nous étions presque au sommet (de la dernière difficulté de la journée, ndlr) et je savais que si nous basculions comme ça, je ne laisserai plus personne partir. J'aurais eu alors de grande chance de devenir champion du monde. Mais les cent derniers mètres étaient de trop. Cette montée était raide et Alaphilippe en a profité. Il n'y avait pas grand chose à faire à ce moment-là, il avait pris 100 mètres de trop."

"Je dois me satisfaire de ce résultat mais c'est décevant. J'aurais aimé pouvoir offrir autre chose qu'une médaille d'argent à l'équipe", a conclu l'Anversois de 26 ans.

Primoz Roglic: "J'aurais préféré que Wout devienne champion mais j'étais à ma limite"

Le Slovène Primoz Roglic a terminé 6e des Mondiaux d'Imola, remporté par le Français Julian Alaphilippe dimanche. Le coureur Jumbo-Visma faisait partie, avec Wout van Aert, le Polonais Michal Kwiatkowski, le Danois Jakob Fuglsang et le Suisse Marc Hirschi, du groupe de poursuivants, qui n'est pas parvenu pas à revenir sur le Français, la faute à une entente perfectible au moment de prendre les relais.

Certains ont critiqué le manque de collaboration de Primoz Roglic au moment où il fallait revenir sur Alaphilippe dans la finale, alors que van Aert s'est mis au service du Slovène sur les routes du Tour de France

"Avec van Aert, nous sommes des coéquipiers le reste de la saison et j'aurais préféré que Wout devienne champion du monde plutôt qu'Alaphilippe", déclare Primoz Roglic. "Mais j'étais à ma limite. Je ne pouvais même plus sprinter. Les quatre autres coureurs avec moi étaient tous plus forts que moi. Après chaque virage, je devais boucher un trou".

Benoot: "Non, nous n'avons pas pris la course trop tôt en mains"

"Nous avons disputé une belle course d'équipe. Nous sommes tombés sur quelqu'un juste un peu plus fort. C'est dommage. La déception prévaut, surtout quand on est si proche. Mais on ne peut pas s'en vouloir", a analysé Tiesj Benoot à l'issue du championnat du monde de cyclisme. Le Gantois a fait un excellent travail pour son chef d'équipe. "C'était mon rôle aussi. En travaillant pour l'équipe belge, j'ai fait ce que l'on attendait de moi. Je pense que nous avons fait une course parfaite. Nous étions tout le temps devant et à deux tours de la fin, nous avons pris le contrôle de la course. Oui, c'était à la demande des leaders. Greg avait parlé à Wout et il voulait que nous prenions les choses en mains. C'est ce qui s'est passé. Nous avons contrôlé jusqu'à la dernière montée. Ensuite c'était place à Wout", a expliqué Benoot. "Bien sûr, c'est dommage, l'argent est amer, mais Wout m'a dit qu'il n'avait pas pu accompagner Julian quand il a creusé un petit écart. Alors le plus fort a gagné et il faut se résigner."

"C'était un course éreintante. Le Danemark et la Slovénie ont rendu les choses difficiles, mais en tant qu'équipe, nous avons fait un super boulot et nous pouvons être fiers de nos performances. Non, nous n'avons pas pris la course trop tôt en mains. Au contraire. Nous avons mis Wout dans un fauteuil."

Benoot a eu des problèmes de dos au Dauphiné et au Tour. "Je n'ai pas participé au championnat de Belgique pour avoir un peu plus de repos et cela a bien fonctionné. Je me suis bien senti, la condition est vraiment bonne et j'ai fait un pas de plus. J'attends avec impatience les quatre prochaines semaines avec les classiques", a conclu Benoot.