Monfort estime que le printemps des classiques a redonné du crédit au cyclisme

ANS On savait que Maxime Monfort avait envie de se montrer dans cette Doyenne , mais, si on l'a effectivement repéré, à plusieurs reprises, dans le peloton des leaders, on ne l'a toutefois pas vu prendre réellement l'initiative.

À l'arrivée, le coureur wallon ne tournait pas autour du pot. "On a coutume de dire que Liège-Bastogne-Liège est la course la plus dure de la saison, et c'est vraiment le cas. Pour ma part, j'ai connu une journée moyenne, avec des sensations qui n'étaient pas extraordinaires."

Comme pas mal de coureurs, Maxime avait prévu de tenter quelque chose, mais, vu sa forme du jour, il a été quelque peu étouffé par le rythme de la finale.

"Très honnêtement, j'avais planifié une attaque à la Redoute ou, un peu plus tard, dans la côte de Sprimont, mais cela n'a pas été possible. Alors, je me suis accroché en attendant que le bon moment se présente, mais il n'est jamais venu."

En gentleman qu'il est, Monfort félicitait Philippe Gilbert pour sa course de mouvement. "Philippe est mieux armé que moi pour ces grandes courses d'un jour. Grâce à son explosivité, il est capable de faire bien davantage de dégâts que moi. Il n'a pas gagné, certes, mais il ne peut qu'être satisfait de sa journée et de ce qu'il a montré à son public."

Maxime va maintenant se reposer pendant huit jours avant de reprendre pour une période d'entraînement de quatre semaines. Il reviendra à la compétition au Tour de Bavière, première étape de préparation pour le Tour de France.

"Où je devrais avoir pas mal de boulot à faire pour Kirchen et Rogers qui visent le général, mais aussi pour Cavendish."

Monfort estime qu'on a vécu un très beau printemps de classiques. "Ce qu'on a vu doit avoir redonné de la crédibilité au cyclisme, conclut-il. La nouvelle génération a, je crois, très envie de montrer au public que le vélo est un beau sport."



© La Dernière Heure 2009