Cyclisme

Vincenzo Nibali a conclu son tour national par une performance en accord avec ce qu’il a produit depuis le départ de Bologne. Le Requin de Messine a fini fort en prenant la neuvième place du contre-la-montre final. Un excellent résultat qui s’est néanmoins avéré insuffisant pour déposséder Richard Carapaz du maillot rose. 

"Pas de regrets, je pense avoir fait un bon Giro. C’était très difficile, je me suis battu. J’ai trouvé d’excellents rivaux sur mon chemin, ce n’était pas facile de remporter la victoire. Richard Carapaz s’est avéré être dans une très bonne condition et il a bien couru", reconnaissait, beau joueur, le Sicilien après l’arrivée à Vérone. Vincenzo Nibali est finalement venu mourir à 1’05’’ du coureur équatorien, ce qui pourrait lui faire regretter tout le temps perdu à trop s’observer avec Primoz Roglic. "Nous nous sommes tous marqués en premier lieu, alors ensuite ce n’était peut-être pas facile à rattraper. Mais Richard Carapaz n’a rien volé, il était très fort en fait. Vers Courmayeur, il a fait une contre-attaque décisive, au moment où tout le monde était cuit", analysait le Requin de Messine.

Malgré la défaite, le coureur Bahrain Merida préférait se projeter vers l’avenir. "Ce fut une période difficile après la chute sur le Tour 2018, mais les douleurs se sont estompées progressivement. Je vais courir la Grande Boucle, mais je ne pense pas être classé, ce n’est pas facile. Voyons quelle sera l’approche et comment mon corps réagira", avançait le Sicilien. À bientôt 35 ans, le Requin de Messine a prouvé qu’il fallait encore compter sur lui.