L’Anversois a été impliqué dans une nouvelle chute. Sans gravité.

Si elle n’engendre, à ce jour, pas de trop lourdes conséquences, la guigne semble coller à la roue de Tom Boonen depuis le début de son ultime saison dans le peloton.

Victime de chutes au Tour d’Oman et sur le Circuit Het Nieuwsblad, l’Anversois a une nouvelle fois été impliqué dans un incident qui jeta au sol plusieurs coureurs à 800 mètres du but et coupa le peloton en deux.

"On ne peut pas dire que je sois vraiment tombé, commentait l’Anversois après avoir franchi la ligne plusieurs minutes après Peter Sagan. J’ai simplement été éraflé au niveau de mon genou droit, au même endroit qu’une précédente plaie. Rien de trop grave donc. J’étais environ en 15e position, avec mon équipier Gaviria dans ma roue, lorsque deux gars sont tombés devant moi. Je n’ai pu les éviter. Cette série de coups du sort me frustre-t-elle ? Une des premières choses que j’ai apprises dans ma carrière est que cela présentait plus de risques de rouler en tête dans un final comme celui-là plutôt qu’à l’arrière du peloton (rires). Quand vous vous apprêtez à participer à un sprint et qu’on vient de franchir la flamme rouge, on sait qu’une chute peut arriver. Mais tout va bien, j’ai même pu manifester mon mécontentement par une petite tape sur la tête du coureur à l’origine de ce crash…"

Autre coureur belge impliqué dans cette chute, Jasper Stuyen tentait, lui, d’éliminer sa frustration sur son home-trainer. "Je n’ai pas goûté au bitume, mais ma roue avant s’est cassée dans cet incident, souffait le Louvaniste. C’est d’autant plus rageant que le final me convenait plutôt bien et que j’avais d’excellentes sensations. Au plus les kilomètres défilaient, au plus j’avais le sentiment de pédaler dans le beurre… Les occasions sont rares pour des coureurs comme moi sur ce Tirreno, et c’est probablement ma plus belle chance qui s’est envolée par la faute d’un coup du sort. Frustrant, il n’y a pas d’autre mot."