A nouveau malmené par Stybar, le Belge a rétabli son autorité

TABOR Sven Nys est habitué à jouer le rôle de l'homme à battre. Le clan des Fidea l'allume d'ailleurs souvent. A la pédale, tout d'abord, via les attaques de Wellens, la menace de Vervecken, l'émergence de Vantornout ou la révélation Stybar. Mais aussi via les déclarations du manager Hans Van Kasteren. "Mais cela ne m'empêche pas de dormir" , répète inlassablement le Cannibale de Baal .

Battu lors de la première manche de la Coupe du Monde, à Kalmthout, Sven Nys, qui ne s'était pas méfié à temps de l'offensive du premier tour de Zdenek Stybar, n'a cette fois pas refait la même erreur. "J'ai dû rouler le 2e tour à bloc car je ne voulais plus prendre de risques ", explique le coureur de Rabobank. Réputé pour son savoir-faire technique, Sven Nys, qui passe régulièrement les obstacles du type planches de bois à vélo, alors que la majorité de ses adversaires est obligée de poser pied à terre, a découvert sur le circuit de Tabor que Stybar pouvait aussi le rivaliser sur ce plan-là. Car le jeune Tchèque, survolté sur ses terres, a souvent attaqué Nys, alliant force et technique.

Mais le Brabançon a rétabli son autorité, distançant dans le dernier quart d'heure Vantornout, qui confirme, et Stybar, qui a un peu coincé dans la dernière partie d'une épreuve rendue plus difficile par l'introduction de parties sablées. Tout ce petit monde se retrouvera jeudi au Koppenberg, pour l'ouverture du Trophée Gazet Van Antwerpen.



© La Dernière Heure 2007