Imola a récupéré l'organisation des Mondiaux suite au désistement d'Aigle-Martigny, en Suisse. L'événement sera exceptionnellement réservé aux catégories élites, avec un contre-la-montre et une épreuve en ligne tant chez les dames (respectivement 24 et 26 septembre) que chez les messieurs (25 et 27 septembre).

Les épreuves en ligne se disputeront uniquement sur un circuit de 28,8 km avec départ et arrivée sur le célèbre piste automobile Enzo et Dino Ferrari d'Imola.

Après avoir effectué un départ fictif autour de l'Autodrome, le parcours comptera 258,2 km pour les hommes (neuf tours) avec un dénivelé positif total de près de 5.000 mètres, tandis que la longueur du parcours féminin (cinq tours) sera de 143 km pour une élévation cumulée d'environ 2.800 mètres.

Le tracé comportera deux difficultés, les côtes de Mazzolano (2,8 km à 5,9 pour-cent, passage maximum à 13 pour-cent) et la Cima Gallisterna (2,5 km à 6,4 pour-cent, passage maximum à 14 pour-cent). Le sommet de la Cima Gallisterna se situe à 12 km de l'arrivée.

Vliegen "impatient d'être à Imola"

Loïc Vliegen fait partie de la sélection de Rik Verbrugghe pour la course en ligne des Mondiaux de cyclisme le 27 septembre à Imola. "Il aura un rôle important", a justifié le sélectionneur national. Le coureur de Circus Wanty-Gobert est lui "impatient d'être à Imola".

C'est une première en effet pour le coureur liégeois, 26 ans, sur un championnat du monde chez les élites.

"Je n'étais apparemment pas loin d'une sélection pour le championnat d'Europe, donc je suis très heureux d'avoir été repris pour le championnat du monde", a commenté Loïc Vliegen, lauréat du Tour du Doubs le week-end dernier et 11e du Tour de Wallonie 2020, dans le communiqué transmis par son équipe lundi. "Le sélectionneur fédéral, qui a reconnu le circuit la semaine dernière, me dit que le tracé ressemble à une Ardennaise, avec deux ascensions de trois kilomètres. Je connais en tout cas bien l'arrivée, sur le circuit d'Imola, où je suis arrivé avec le Giro en 2018. Pour le circuit, nous aurons l'occasion de le découvrir sur place. Je veux réussir à aider au mieux nos deux leaders, Van Aert et Van Avermaet, pour mon tout premier championnat du monde chez les pros", a ajouté le coureur liégeois qui dispute cette semaine le Tour du Luxembourg (2.Pro).

"Sur un tel parcours, tu auras besoin d'un super jour", pense Rik Verbrugghe

Le sélectionneur Rik Verbrugghe a dévoilé lundi à Tubize son équipe pour les Mondiaux de cyclisme sur route d'Imola (24-27 septembre). Greg Van Avermaet et Wout van Aert seront les leaders de l'équipe belge pour l'épreuve en ligne, sur un parcours où il sera "difficile de contrôler la course", a résumé Verbrugghe.

"C'est un parcours très dur", a commenté Verbrugghe. "Pour nous, c'est mieux que celui prévu à Martigny. Mais pour être champion du monde, tu as besoin d'un grand jour et sur un tel parcours, tu auras besoin d'un super jour."

Verbrugghe a donc construit une équipe avec deux leaders, Van Aert et Van Avermaet, quatre grimpeurs, Tiesj Benoot, Pieter Serry, Loïc Vliegen et Tim Wellens, et deux coureurs de classique, Oliver Naesen et Jasper Stuyven. "Avec Remco Evenepoel, nous aurions eu un autre leader. Ici, nos leaders seront des coureurs de classique qui sont en grande forme. Nous sommes plus outsiders que favoris. Nous devrons limiter la casse dans les portions les plus raides, mais nous pouvons tirer notre épingle du jeu dans plusieurs scenarios", souligne Verbrugghe. Le sélectionneur cite Julian Alaphilippe, Michael Woods et Marc Hirschi comme principaux candidats à la victoire, avec les Italiens et les Espagnols qui auront des équipes solides.

Quant au scénario de la course, "cela se rapprochera de Florence (2013, victoire de Rui Costa) et de Ponferrada (2014, victoire de Michal Kwiatkowski). Ce ne sera pas comme à Innsbruck (2018, victoire d'Alejandro Valverde), où la montée finale était trop proche de l'arrivée. Ici, le parcours est toujours en montée et en descente, le danger viendra de partout. Ce ne sera pas nécessairement dans la bosse que les favoris vont bouger. Le parcours est très dur, difficile à contrôler."

Avec à nouveau van Aert et Victor Campenaerts, la Belgique aura une belle carte à jouer lors du chrono. "La probabilité de médaille est plus élevée", confirme Verbrugghe. "Evidemment, il faudra voir comment Van Aert aura récupéré. On sait que Campenaerts peut se préparer parfaitement pour un objectif. Rohan Dennis reste le favori, mais nous pouvons viser une médaille, voire le titre."