L'Italien se distingue plus pour ses attaques à Armstrong que pour ses performances

BRUXELLES Vu de l'extérieur, Marco Pantani se défend mieux, pour l'instant, à travers les petites phrases assassines qu'il a prononcées à l'égard de Lance Armstrong que pour ses performances sur un vélo. A franchement parler, le Romagnol serait davantage inspiré s'il parvenait à la mettre en veilleuse au plan verbal. "Armstrong est un phénomène du cyclisme mais il ne respecte pas ses adversaires et je dis donc que c'est un grand cycliste mais pas un grand champion", a-t-il déclaré récemment. "Je l'admirais beaucoup avant sa maladie, mais moins depuis. J'ai du mal à croire aux contes de fées. Il a une manière complètement inverse de moi de se distancier des problèmes et de se comporter avec les autres. Et puis, qu'on se le dise: il a tiré le maximum de profit de sa maladie. Sportivement parlant, maintenant, je l'ai déjà battu et je crois que je peux le refaire." Une dernière assertion qui laisse peut-être un tantinet perplexe vu la faible partition qui est la sienne actuellement en Andalousie sur la Ruta del Sol. Lundi dernier, le Pirate a rallié l'arrivée avec près de vingt minutes de retard dans l'étape que d'aucuns considéraient comme la plus ardue.

Exclu du Tour de Valence

Du coup, les organisateurs du prochain Tour de Valence, qui se tiendra du 26 au 28 février, ont refusé son inscription et celles de ses équipiers de la Mercatone-Uno. En clair, ils n'ont pas besoin sur l'épreuve d'un Pantani dont le coup de pédale est aussi pauvre. "Il ne faut pas s'alarmer", fait noter Riccardo Magrini, son directeur sportif. "Ce retard de condition n'est pas étonnant dans le chef d'un coureur qui avait perdu ses repères durant de trop nombreux mois."

Ecarté, donc, du Tour de Valence, Marco Pantani s'en ira répéter ses gammes, après la Ruta del Sol, au Trophée Luis Puig dimanche prochain et ensuite dans la Clasica de Almeria avant de prendre le départ du Tour de Murcie, programmé du 6 au 10 mars. Un Tour de Murcie sur lequel il retrouvera Jan Ullrich, lui aussi en proie à un retard à l'allumage. L'Allemand, qui aspire également à détrôner Lance Armstrong, se plaint actuellement du genou gauche. Il a, par conséquent, décidé de faire l'impasse sur le Tour de Valence pour aller se soigner en Afrique du Sud, où il a déjà effectué un stage cet hiver. Mais lui au moins, dans sa tête, semble plus reposé que l'Italien...