Paolo Bettini champion du monde !

Cyclisme

Joël Godaert

Publié le

Paolo Bettini champion du monde !
© EPA

L'Italien gagne alors que les organisateurs allemands voulaient lui interdir de courir !



STUTTGART Paolo Bettini est devenu, pour la deuxième fois consécutive, champion du monde sur route. Il est le cinquième coureur de l'histoire du cyclisme à réussir cet exploit.


Le petit coureur italien signe ainsi la plus belle victoire de son année 2007, le maillot arc-en-ciel qu'il avait conquis un an plus tôt ne lui ayant pas vraiment porté chance.

Bettini a ainsi clôturé de superbe manière une épreuve dominée par l'ensemble de la formation italienne qui a été de toutes les attaques, elles les a même, le plus souvent, provoquées.

Le dernier doublé du genre avait été réalisé par son compatriote Bugno (vainqueur à...Stuttgart). Auparavant, seuls des coureurs belges (Rik Van Looy, Rik Van Steenbergen et Georges Ronsse) avaient triomphé le mondial deux années de suite.

Bettini a triomphé au sprint de ses quatre compagnons, les cinq hommes s'étant dégagés d'un groupe de seize sélectionnés dans l'ultime boucle. Kolobnev, le Russe, a pris la 2e place et l'Allemand Schumacher la 3e. Frank Schleck a échoué au pied du podium, Evans est 5e.

Au passage, Bettini réplique de superbe manière à ces organisateurs allemands qui auraient voulu lui interdir le départ, sous prétexte qu'il n'avait pas signé la charte anti-dopage. Savaient-ils, ces donneurs de leçon, à la recherche de publicité, que le petit italien n'est jamais aussi dangereux que lorsqu'on l'a blessé ?

Au fil des tours

14e tour (fin) : Bettini, Schumacher et Schleck sont pris en chasse par Kolobnev et Evans. Bettini accélère à nouveau. Les cinq hommes sont regroupés mais leurs anciens compagnons sont encore très proches. Gilbert part en poursuite avec Rebellin dans sa roue. Au sprint, Bettini s'impose devant Kolobnev et Schumacher.

14e tour: dans la première bosse le duo de tête est repris par Wegmann, Boogerd, Elmiger, Leukemans. Un 2e groupe revient avec Bettini, Gilbert, Dekker, Pozzato, Evans, Sanchez, Schumacher, Franck Schleck, Kroon. Ils sont 14 en tête. Boogerd accélère, puis Bettini poursuit seul. Schleck et Schumacher le rejoignent.

13e tour: Rebellin accélère dans la 1ère côte, provoquant de nouvelles cassures. Kolobnev est le premier à rejoindre l'Italien. L'Espagnol Rodriguez est en poursuite des deux fuyards. Rebellin et Kolobnev creusent l'écart. L'équipe espagnole entame la poursuite. Fin du 13e tour: 1. Kolobnev et Rebbelin; 2. le peloton à 18 sec.

12e tour: les coureurs allemands viennent à leur tour en tête du peloton. L'Allemagne est la 2e nation, après l'Italie, à vouloir durcir la course. Les Italiens reprennent cependant la main, via Ballan. Ce dernier est rejoint par Barredo et Turpin. Un nouveau regroupement se produit. Fin 12e tour: peloton groupé.

11e tour: un nouveau regroupement se produit, les 24 hommes de tête étant rejoints. Mais dans la foulée, de nouvelles attaques se produisent. Fin du 11e tour: peloton groupé.

10e tour: ce sont les coureurs australiens qui, désormais, mènent la poursuite. Et l'écart avec le groupe de tête diminue progressivement. Fin du tour: 1. groupe des 24 leaders; 2. peloton à 42 secondes.

9e tour: les hommes de tête poursuivent leur effort. Au terme du 9e tour, soit à 95 km de course, le peloton compte 2 min. 20 de retard.

8e tour: au moment du regroupement général, de nouvelles attaques se produisent et 25 coureurs se dégagent. Parmi eux: 3 Belges (Gilbert, Devolder, Van Zummeren), Italiens (Bertolini, Cunego, Ballan), Espagnols (Flecha, Barredo, Rodriguez), 2 Hollandais (Kroon, Gesink), Allemands (Voigt, Burghardt), Ukrainiens (Podgorny,Grivko), 1 Français (Casar), Australien (Gerrans), Slovène (Star), Norvégien (Arvesen), Américain (Jullich), Luxembourgeois (Kirchen), Russe (V. Efimkin), Estonien (Madri) et Autrichien. Ce sont à nouveau les coureurs de l'équipe hollandaise qui mènent la chasse.

7e tour: l'équipe de Hollande continue à mener la poursuite et reprend du temps au groupe de tête, toujours devancé par Podgorny. La jonction est réalisée tout juste avant la mi-course. Fin du 7e tour: 1. Podgorny; 2. peloton à 1.05.

6e tour: le groupe des 39 qui a récupéré les trois premiers de tête est composé de 4 coureurs français, colombiens, espagnols et italiens, 3 Belges, Allemands, 2 Américains, Brésiliens, Biélorusse, Ukrainiens, Hollandais, Russes et Slovènes, 1 Norvégien. Côté leaders, la plupart des favoris italiens, espagnols et allemands sont piégés. Il y a, par contre, parmi les leaders Voigt, Hushvod, Cunego, Chavannel, Hincapie et Devolder. Les deux autres belges sont Van Avermaet et Aerts. Seuls les Hollandais, jusqu'ici, assurent la poursuite. Fin du 6e tour: 1. Podgorny; 2. le groupe des 41 à 25 secondes; 3. le peloton à 2.05.

5e tour: les Italiens portent une première accélération par l'intermédiaire de Tonti qui provoque la réaction immédiate des Espagnols (Barredo et Florencio) et des Allemands (Burghardt). Regroupement dans la descente de la première des deux côtes et nouvelles accélération dans la suivante. Les Italiens cherchent visiblement à durcir l'épreuve. Une grosse cassure se produit. Et très vite, les écarts se creusent. Fin du tour: 1. trio de tête; 2. peloton de 39 coureurs à 50 sec.; 3. gros peloton à 3.30.

4e tour: 5.17 d'écart en faveur des trois hommes de tête.

3e tour: le Russe Kolesnikov sort à son tour du peloton. Il revient sur le duo de tête, puis est victime d'une crevaison. Mais ses compagnons l'attendent et le trio se reconstitue. À l'issue du tour, le peloton est pointé à 3.26 des fuyards.

2e tour: après quelques attaques, timides, dans la boucle initiale, le Colombien Perez Arango et le Français Stéphane Augé se dégagene du peloton et porte leur avantage à 1.30.

1e tour: le départ du championnat du monde des élites est donné sous le soleil. Au menu, 14 boucles de 19 km pour un total de 267 km.

Vos articles Sports

Newsletter Sports+

Fil info