L'Allemand Andreas Kloden a réglé au sprint un groupe de 8 hommes forts. A la surprise générale il devance Samuel Sanchez


VERNOUX-EN-VIVARAIS Au terme d'une étape très difficile, un groupe de huit coureurs s'est détaché dans le col de la Mûre, principale difficulté du jour.

Kiserlovski (Astana), Carrara (Vacansoleil), Taaramae (Cofidis), Tondo (Movistar), Brajkovic et Kloden (Radioshack), Samuel Sanchez (Euskaltel) et Tony Martin (HTC) étaient en effet les plus forts dans le col de première catégorie. Ils se regroupaient dans la descente et se disputaient la victoire au sprint, quelques kilomètres plus loin.

A ce petit jeu, c'est Andreas Kloden, parfaitement emmené par Brajkovic, qui l'a emporté ! Il devance Samuel Sanchez et Carrara, pourtant plus rapides que lui sur le papier. L'Allemand s'empare par la même occasion du maillot jaune, grâce aux bonifications.

Thomas De Gendt n'a jamais été dans le coup pour sauver sa tunique de leader puisqu'il était distancé dès les premiers mètres du col de première catégorie. Voeckler, leader virtuel, a donc tenté de s'accrocher mais il a dû rendre les armes à quelques hectomètres du sommet, lorsque Tony Martin a lancé la bagarre.

Côté Belge, on regrettera également l'absence de Jurgen Van Den Broeck dans le groupe des 8. Le 5e du dernier Tour De France n'a pas pu accompagner les meilleurs et a terminé en compagnie de Frank Schleck, Luis Leon Sanchez et Maxime Monfort, entre autres, à 19 secondes de Kloden. "VDB" est donc toujours 9e à égalité avec une kyrielle de coureurs puisqu'il pointe à 29 secondes du nouveau maillot jaune.

Ce vendredi, le peloton va en découdre lors d'un contre-la-montre relativement vallonné de 27 kilomètres. Le classement général devrait donc encore connaître son lot de bouleversements et un beau duel semble annoncé entre Tony Martin et Andreas Kloden. Ce dernier aura, au départ, 10 secondes d'avance sur son compatriote grâce aux bonifications glanées aujourd'hui.

Réaction d'Andreas Klöden: "Gagner une étape de Paris-Nice est toujours très fort. C'est une surprise d'avoir réussi à battre Samuel Sanchez au sprint. Je dois remercier Jani Brajkovic qui m'a dit de le suivre pour le sprint. Je ne me souviens plus de ma précédente victoire au sprint. Sur ce Paris-Nice, je suis venu pour faire de mon mieux, je savais que la condition était là après le Tour d'Algarve. En plus, la météo me convient jusqu'à présent, je suis maigre, je n'aime pas la pluie ou le froid. Dans le chrono, ça sera dur contre Tony Martin qui est un très bon coureur et un spécialiste. Mais, bien sûr, je vais tout donner. Pourquoi je ne suis pas un leader à part entière ? Ce sont aussi les circonstances, la présence de leaders dans l'équipe. Chez T-Mobile, il y avait Ullrich. Chez Astana, il y a eu Contador. J'essaye de faire de mon mieux. J'ai gagné de belles courses par étapes, comme Paris-Nice, Tirreno-Adriatico, le Tour du Pays Basque."