Engagé sur Paris-Nice depuis ce dimanche, le Belge craint une annulation de nombreuses épreuves à cause du coronavirus.

Les organisateurs de courses cyclistes à travers le monde retiennent leur souffle et scrutent les dernières informations sur la propagation du coronavirus et les dernières mesures mises en place par les autorités compétentes. Mais aussi du côté des coureurs, l'inquiétude grandit.

Thomas De Gendt, le baroudeur de Lotto Soudal présent sur Paris-Nice n'est pas très optimiste quant à la situation : "Avant le départ de la Course au soleil, on rigolait en se disant que ce serait peut-être la dernière épreuve de la saison. Mais désormais, je me dis que c'est vraiment possible", a-t-il expliqué au journal Het Laatste Nieuws.

Le vainqueur d'étape sur les routes du dernier Tour de France n'est même pas convaincu que l'épreuve française ira à son terme : "Peut-être qu'après le contre-la-montre de ce mercredi, la course sera arrêtée. Les jours suivants, nous nous déplacerons vers le sud de la France. Le temps y est meilleur, donc les gens hésitent moins à venir regarder la course. Il est donc possible que l'organisateur décide d'arrêter", prédit De Gendt, pessimiste.

Ce mercredi, une première course cycliste a été annulée en France en raison de l'épidémie de coronavirus, le Tour de Normandie qui devait se tenir du 23 au 29 mars prochain.