L'UCI doute de l'éthique de la formation russe


BRUXELLES Le refus de l'Union cycliste internationale (UCI) d'accorder une licence WorldTour à la formation Katusha est une décision qui repose de plus en plus clairement sur des problèmes éthiques et plus précisément du fait de la présence de Denis Menchov dans l'effectif de la formation russe, rapporte le quotidien français L'Equipe lundi.

"Une récente indiscrétion d'un membre de la commission des licences de l'Union cycliste internationale (UCI) laisse en effet entendre que le nom du coureur russe revient à de nombreuses reprises dans le rapport transmis par l'agence antidopage américaine (USADA) à la Fédération internationale dans le cadre de l'affaire Armstrong, et notamment dans le témoignage de Levi Leipheimer, qui aurait révélé les liens entretenus par Menchov, mais aussi par Michael Boogerd, Thomas Dekker et Michael Rasmussen - tous d'anciens Rabobank - avec le docteur Michele Ferrari", écrit L'Equipe qui ajoute que d'autres éléments sont en possession de l'UCI.

La Commission des licences aurait en effet eu accès au dossier en cours d'instruction à Padoue, Italie, dont l'enquête est menée par le procureur Benedetto Roberti. Ce rapport devrait déboucher en 2013 sur la révélation d'un large trafic de dopage, de contrebande, d'évasion fiscale et de blanchiment d'argent qui serait dirigé par Michele Ferrari et impliquant de nombreux coureurs, médecins et managers d'équipe.

Le nom de Denis Menchov apparaît là aussi plusieurs fois. Katusha a décidé de recourir au Tribunal Arbitral du Sport (TAS) pour contester la décision de l'UCI.

© La Dernière Heure 2012